xoriburu.info
Zooms

La bromadiolone empoisonne


Mercredi 3 Décembre 2014


Un sixième milan royal vient d'être découvert mort en Champagne. Victime de la bromadiolone ? La Lpo s'inquiète d'autant que l'usage de cet anticoagulant dans la lutte contre les campagnols terrestres a été élargi à d'autres espèces. Elle demande la suspension immédiate de son utilisation en Auvergne.




Le milan royal retrouvé mort en Champagne serait-il une victime collatérale de la bromadiolone ? En tous les cas, la Ligue pour la protection des oiseaux pose la question. Elle a récupéré l'oiseau à Dampierre-sur-Moivre (Marne), une commune où justement des traitements à la bromadiolone sont menés.

La bramadiolone est utilisée pour tuer les campagnols

Le cadavre a été confié ce matin à l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ce mercredi 3 décembre pour qu'une autopsie et des analyses toxicologiques soient réalisées.

C'est déjà le sixième cadavre de milan royal qui a été découvert sur des zones traitées à la bromadiolone en France depuis la publication du nouvel arrêté ministériel du 14 mai 2014 encadrant l'usage de la bromadiolone dans le cadre de lutte contre les campagnols, s'inquiète la Lpo. De fait, cinq autres oiseaux avaient été découverts en Auvergne dans des circonstances similaires. Deux des corps avaient eux aussi été confiés fin novembre à l'Oncfs pour analyses.

La bromadiolone est un anticoagulant ; il était jusqu'à présent utilisé à tuer les campagnols terrestres. Une arme létale contre cette espèce qui au regard de l'agriculture fait d'énormes dégâts. Or depuis le 14 mai, son utilisation a été élargie au campagnol des champs et au campagnol provençal ainsi qu'au campagnol souterrain et au mulot sylvestre lorsqu'ils se trouvent en mélange avec l'une des trois espèces précitées.

Arme chimique ou naturelle ?

Or ces petits mammifères sont la proies de nombreux autres animaux. Contaminés par la bromadiolone, morts ou vivants, ils risquent de les intoxiquer. Pas seulement les milans royaux mais aussi les buses, les chouettes, les renards, les hermines, les sangliers... voire des chiens ou des chats errants.

Or avec l'extension d'usage de cet anticoagulant, les zones à risque pour la faune sauvage non cible couvrent désormais l'ensemble du territoire national, s'inquiète aujourd'hui la Lpo.

Les associations de protection de la nature dénoncent depuis des années l'utilisation de la bromadiolone du fait de ses conséquences sur les biotopes ; elles ont déjà rappelé l'importance de la présence des prédateurs des campagnols pour réguler leurs populations. Non seulement les milans royaux, espèce protégée, mais les renards, fouines, martres qui dans de nombreux départements sont animaux non grata. Et indexés sous le sigle "espèces nuisibles" !

La Lpo invite les agriculteurs à suspendre les traitements à la bromadiolone !

Les 29 et 30 novembre dernier, dans le Puy-de-Dôme, la Haute-Loire et le Cantal, les bénvoles de la Ligue ont participé au comptage des dortoirs des milans royaux. Une opération nationale et européenne. Ils ont trouvé pas moins de 3 000 rapaces de cette espèce qui fait l'objet d'un Plan national de restauration.

« Sur la Planèze de Saint-Flour dans le Cantal, si on ajoute aux milans les Buses variables et les Faucons crécerelles, ce sont environ 10 000 campagnols qui sont consommés par ces rapaces chaque jour » souligne aujourd'hui la Lpo.

Et la ligue de poursuivre : « Or, les appâts à la bromadiolone peuvent être utilisés dans tous les secteurs fréquentés par ces rapaces. Comme si l’hécatombe des 58 milans royaux et buses variables, intoxiqués à la bromadiolone, en 2011 dans le Puy-de-Dôme n’avait pas servi de leçon et n’avait pas suffi à démontrer une nouvelle fois la dangerosité de ce puissant anticoagulant pour la faune sauvage, et particulièrement le milan royal. »

C'est la raison pour laquelle la Lpo « exige une suspension immédiate de l’utilisation de ce poison puisque le risque d’empoisonnement de la faune sauvage est avéré. Elle invite par ailleurs les agriculteurs des communes concernées par les traitements à en stopper l’utilisation au plus vite. »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement