xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

La Thaïlande reste une plaque-tournante du trafic d'ivoire


Mercredi 2 Juillet 2014


Une loi vieille de 75 ans autorise la vente d'ivoire d'éléphants domestiques en Thaïlande. Les trafiquants profitent des failles du système pour écouler de l'ivoire africain sur les marchés locaux qui explosent. Le dernier rapport de Traffic lance un cri d'alarme.




En 2013, les braconniers ont tué au moins 22 000 éléphants en Afrique pour alimenter le marché noir de l'ivoire ©Traffic
En 2013, les braconniers ont tué au moins 22 000 éléphants en Afrique pour alimenter le marché noir de l'ivoire ©Traffic
En Thaïlande, l'ivoire ne se vend pas sous le manteau. Du moins l'ivoire des éléphants domestiques thaïlandais. Car une loi vieille de 75 ans l'autorise. Reste que ce marché n'est pas régulé, faute de système de traçabilité. Et c'est justement là que le bât blesse. Un bât pointé du doigt par l'association Traffic : « il est impossible de tracer l'ivoire local, ce qui créé une faille par laquelle l'ivoire issu de sources illégales peut être blanchi sur les marchés.  »

Selon le rapport de Traffic, les vitrines thaïlandaises regorgent de plus en plus de pièces en ivoire travaillé

On trouve de tout en ivoire, des bracelets ouvragés, des statues, des figurines... Certains issus d'éléphants thaïlandais, d'autres d'éléphants africains ©NDoak/Traffic
On trouve de tout en ivoire, des bracelets ouvragés, des statues, des figurines... Certains issus d'éléphants thaïlandais, d'autres d'éléphants africains ©NDoak/Traffic
Chaque mois, Traffic passe au peigne fin le marché thaïlandais de l'ivoire à Bangkok. Et les conclusions de son dernier rapport sont inquiétantes : le nombre de pièces d'ivoire travaillées exposées dans les magasins ont explosé en dix-huit mois, passant de 5 865 en janvier 2013 à 14 512 en mai de cette année. L'année dernière, les boutiques se sont multipliées : 61 en janvier 2013 pour atteindre 105 en décembre 2013 !

Or Traffic estime que les éléphants domestiques thaïlandais ne pourraient fournir que 650 kilos d'ivoire sur le marché intérieur par an. Bien loin de ce qui des quantités que l'association a pu observer ces dix huit derniers mois.

Et s'il fallait d'autres preuves, l'association met en exergue les treize tonnes d'ivoire africain saisies par les autorités du pays depuis 2008. « Les efforts de la Thaïlande à réguler les marchés d'ivoire local ont failli, commente Noami Doak, coordinateur de Traffic pour la région du haut Mékong. Il est temps pour les autorités d'affronter les faits ; leur marché d'ivoire local continue à être hors contrôle et alimente la crise actuelle du braconnage des éléphants africains. Sans changement ni action décisive afin de régler les failles légales flagrantes, cette situation inacceptable se poursuivra ».


Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement