xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

La France, un linceuil pour les milans royaux européens


Mardi 24 Février 2015


Les milans royaux continuent à payer leur tribut au carbofuran en France. Samedi dernier, un cadavre de milan royal a été retrouvé en Haute-Garonne grâce à la balise dont l'avaient équipé des ornithologues allemands. Les analyses ont révélé la présence de cet insecticide interdit depuis 2008.




Samedi 21 février 2015, un milan royal a été découvert mort sur la commune de Le Born, en Haute-Garonne, grâce aux informations transmises par la balise GPS posée sur cet oiseau par les confrères allemands dénonce la LPO. Une autopsie et des analyses toxicologiques sont en cours pour connaître les raisons de la mort de ce rapace. » L'oiseau aura-t-il été empoisonné par du carbofuran comme d'autres l'ont été ces dernières années ?

Le carbofuran est interdit depuis 2008

Ce n'est pas la première fois que des cadavres milans royaux sont ainsi retrouvés grâce à leurs balises. Déjà l'an dernier, deux d'entre eux l'avaient été. Le premier, en mars, à Villasavary, dans l'Aude, la balise avait été posé par des ornithologues polonais. le second un mois plus tard, à Heiteren dans le Haut-Rhin, équipé d'une balise en Espagne. Dans les deux cas les oiseaux avaient été empoisonnés au carbofuran. Sans oublier deux autres en 2013, tous deux équipés d'une balise suisse pour l'un et allemande pour l'autre. Mais leurs corps décomposés n'avaient pas permis de découvrir les causes de leur mort.

« Sans ces balises, ces oiseaux n'auraient sans doute jamais été retrouvés ! Combien de milans royaux allemands, espagnols, suisses, polonais, etc. meurent ainsi chaque année en France, lors de leur migration, victimes d'empoisonnement illégal ? » pointe du doigt la Lpo.

Empoisonnement illégal car le carbofuran est interdit en France et dans l'Union européenne depuis 2008 ! Ce produit était utilisé dans la lutte contre les insectes et fouisseurs qui mettent à mal les cultures de fruits et légumes. Mais il semble que certains n'hésitent toujours pas à l'utiliser pour préparer des appâts empoisonnés.

« La LPO dénonce ces pratiques illégales qui mettent à mal les efforts déployés par l'ensemble des confrères européens pour sauvegarder cette espèce européenne menacée » déclare l'association.


Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement