xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

L'ours est confié à la nature


Dimanche 1 Août 2010


Chantal Jouano l'a annoncé le 21 juillet denier à Toulouse : la France ne se lancera pas dans un nouveau plan de réintroduction d'ours. "Les conditions semblent réunies pour un accroissement naturel" de l'espèce. Quelques jours avant, quatre nouveaux oursons étaient repérés dans le massif pyrénéen, versant espagnol.




L'ours reste dans les mémoires et fêtes basques (crédit photo : V.B.)
L'ours reste dans les mémoires et fêtes basques (crédit photo : V.B.)
L'ours n'est jamais très loin des montagnes basques. Les trois mâles qui fréquentent le Béarn font parfois des incursions en Soule et ailleurs. C'est justement dans le Béarn qu'un ours devrait être introduit, sans doute au printemps prochain. Une femelle pour remplacer Franska tuée lors d'un accident de circulation en 2007.

Le renforcement de la population des ours n'est plus à l'ordre du jour. Désormais, la France se contentera de remplacer les ours morts accidentellement. Pas plus. A Toulouse, Chantal Jouanno a quand même laissé la porte des réintroduction entrouverte si la population décroit. Il est vrai que la France risquerait l'ire de l'Union européenne si elle ne respectait pas ses engagements sur ce thème-là. Une ire européenne accompagnée de sanctions financières...
"Nous devons avoir un plan de conservation des ours crédible, a déclaré Chantal Jouanno à Toulouse. Dans le même temps, deuxième évidence, les conditions sociales ne sont pas réunies pour une opération massive de réintroduction d'ours. Mais entre accepter l'extinction et une réintroduction imposé, il y a une marge."

Les autorités françaises ont donc décidé de laissé faire la nature. Une annonce qui tombe à pic puisque la Catalogne annonçait de son côté la présence de quatre nouveaux oursons sur ses versants pyrénéens.

Ester Gran


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Janvier 2013 - 23:42 Ours : les associations reprennent la main


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement