xoriburu.info
Eko-société

L'éthique animale entre à l'université


Vendredi 24 Avril 2015


L'autruche jouit-elle d'une protection égale au lion en droit français ? L'animal sauvage est-il un être sensible à l'instar du chien ? Dès la rentrée prochaine, l'université de Strasbourg proposera dans le cadre de son master Ethiques et sociétés deux unités d'enseignement jamais enseignées en France : le droit de l'animal et l'éthique animale.




L'éthique animale entre à l'université
C'est une première en France ! Dès la rentrée prochaine, des étudiants vont se pencher sur deux matières jamais enseignées à l'université française : le droit de l'animal et l'éthique animale. C'est le Centre européen d’enseignement et de recherche de l'université de Strasbourg qui met en place ces deux unités d'enseignement dans le cadre de son Master Ethiques et sociétés.

Le droit animal, un patchwork de textes

Les animaux sauvages sont-ils reconnus êtres sensibles ? Quelle législation s'applique aux dromadaires en France ? Les animaux domestiques ou sauvages ont-ils les mêmes droits ? Et quelles sont les conditions de détention des poules dans les élevages intensifs ou non ?... Pas facile de trouver la réponse simplement.

De fait, « La réglementation applicable aux animaux est un patchwork de textes disséminés dans les différents codes français, relève Jean-Marc Neuman, responsable de l'unité d'enseignement Droit de l'animal. Et on s'aperçoit que la connaissance de cette réglementation est pour le moins discutable. Nous proposons ainsi aux étudiants intéressés, voire à des professionnels en formation continue, un enseignement adéquat sur ce thème bien précis. »

Les cours magistraux pourront être suivis en formation continue. ils devrait se dérouler sur trois ou quatre jours afin de permettre aux professionnels, vétérinaires, avocats, responsables de centres d'accueil d'animaux ... d'y assister. « Il leur en coûterait 1250 euros au titre de la formation continue. Bien sûr cela ne concerne pas les étudiants du master qui ne paient que les frais d'inscription à l'université » précise le juriste, fondateur du site Animal et droit.

« Les participants seront amenés à réfléchir aux questions éthiques que pose la souffrance animale et à la réponse que peut apporter la loi censée concilier des intérêts parfois contradictoires. » note l'université dans le programme du master.

L'éthique doit permettre au droit d'évoluer

« Nous ne proposerons pas de cours magistral, explique Cédric Sueur, responsable de l'unité d'enseignement Ethique animale. Mais des débats entre deux interlocuteurs sur un aspect de l'éthique animal, sur un sujet d'actualité. Les étudiants devront rédiger un compte-rendu qui pourrait être publié. L'éthique animale intéresse aujourd'hui la société.  » Les thèmes de débats sont multiples : introduction à l’éthique animale, historique de l’éthique animale, l’éthique dans la recherche animale (3Rs), les règles d’élevage des animaux, le bien-être et la souffrance animale.

L'animal est un sujet présent dans tous les aspects de la société humaine. Et son utilisation tant dans la recherche que les spectacles, l'élevage, la chasse, les religions... pose question. Même la possession d'un chat ou d'un chien peut être objet de débat. Si la loi établit des règles pour assurer la protection des animaux, elle peut sans aucun doute encore évoluer. Mais jusqu'où ? « Il y a la loi et l'éthique, ajoute Cedric Sueur, maître de conférence à l'université et éthologue. L'éthique est là pour faire avancer le droit. Mais pour pouvoir discuter d'éthique ou de droit en connaissance de cause, il faut connaître les animaux et leur comportement. Aussi, nous complétons ces deux unités par un enseignement en éthologie.  »

Droit de l'animal et éthique animale, deux questions qui depuis ces dernières années suscitent de nombreux débats au sein de la société. Et l'examen de loi sur la biodiversité au sein de l'Assemblée nationale comme du Sénat a été vigoureux. Leur enseignement entre demain à l'université en France qui rattrape un peu son retard. Le droit de l'animal est déjà enseigné à Barcelone depuis quelques années ou les Etats-Unis.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement