xoriburu.info
Eko-société

L’espadrille en peau de truite est née !


Vendredi 21 Décembre 2012


Que faire des peaux des truites de Banca élevées en pisciculture ? Les jeter ? Non, des espadrilles tout simplement ! la création a ainsi rassemblé le savoir-faire de deux artisans du Pays Basque.




Désormais les peaux de truites de Banca ne seront plus jetées aux ordures ; elles recouvriront des espadrilles créées par Jean-Jacques Houyou, fabricant à Mauléon ©V.B
Désormais les peaux de truites de Banca ne seront plus jetées aux ordures ; elles recouvriront des espadrilles créées par Jean-Jacques Houyou, fabricant à Mauléon ©V.B
« Ca faisait peine de jeter de si belles peaux » dit Inaki Goicoechea, pisciculteur spécialisé dans la truite de Banca, en regardant Jean-Jacques Houyou, fabricant à Mauléon, coudre des espadrilles recouvertes de peau de truite. L’idée a germé du côté d’Osses, dans ce superbe sud de la Basse Navarre. Les artisans locaux, regroupés au sein des Créateurs du Pays Basque, imaginèrent qu’à l’instar de celle du saumon, la peau de la truite pouvait se transformer en cuir. « Bien sûr, il faut des belles truites de cinq ans. Les filets sont fumés comme du saumon, et la peau laisse une jolie pièce de trente centimètres ».

Dans l'atelier Don Quichosse, le cuir de truite est cousu main sur les espadrilles

Un tanneur de Bretagne, spécialisé dans le cuir de saumon, accepta de tanner les peaux de Banca, qui revinrent au pays prêtes à recouvrir les espadrilles. « Chez nous tout est cousu main, et les semelles sont en lin » explique Jean-Jacques Houyou en maniant habilement l’aiguille sous les regards admiratifs des visiteurs venus à l’invitation des Couteliers basques de Bidart, eux aussi membres de l’association des Créateurs du Pays Basque.

Ces espadrilles en peau de truite constituent une première mondiale. Dans l’immédiat, elles sont fabriquées, mais pas encore commercialisées. Et comme chez Houyou on travaille en famille, à la maison, avec le concours de couturières locales (une douzaine), il ne faut pas compter sur une production à grande échelle. Et puis la Nive a beau être le paradis des truites, on n’y trouve pas assez de « cinq ans » pour se lancer dans une exploitation industrielle du produit.

« Je ne sais même pas à quel prix on va commercialiser » avoue Jean-Jacques Houyou. Sur le plan économique, on peut supposer que ces superbes espadrilles (le modèle terminé est une pure merveille), seront vendues en boutique, vraisemblablement à Osses avec les poteries et les produits de la pisciculture. Jean Jacques Houyou a baptisé sa fabrique de cousu main « Don Quichosse », mais le projet d’espadrilles en truites n’est pas une utopie, c’est une chaussure bien réelle, rare et élégante. Et puis Inaki sourit enfin : les superbes manteaux de ses truites ne seront plus jetés aux ordures.

Daniel de Luz


Dans la même rubrique :
< >


1.Posté par LARDENOIS Daniel le 05/07/2015 08:11 (depuis mobile)
Bonjour Monsieur,
Bravo pour vos créations,je souhaiterai où trouver vos espadrilles en Région Rhone Alpes?
Continuez de croire en la FRANCE.
Cordialement
Daniel Lardenois

Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement