xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

L'enterrement symbolique d'Hegalaldia


Lundi 25 Février 2013


Hegalaldia l'avait annoncé : faute de ressources, le centre de sauvegarde de la faune sauvage à Ustaritz pourrait fermer. Vendredi, il organise deux enterrements symboliques à Biarritz et Pau avant d'annoncer les mesures adoptées par son conseil d'administration.




Hegalaldia accueille quelque mille animaux par an chaque année ©V.B
Hegalaldia accueille quelque mille animaux par an chaque année ©V.B
« Hegalaldia a besoin de trouver 85 000€ en provenance des collectivités territoriales d’ici les mois à venir et seules une prise de conscience et une forte mobilisation permettront d’arriver à cet objectif ». Le centre de sauvegarde de la faune sauvage installé à Ustaritz au Pays Basque sonne le tocsin. Il est à bout de ressources. Toutefois, il ne se résout pas à refermer son aile. Dernier sursaut, il appelle à la mobilisation vendredi prochain.

Hegalaldia organise son enterrement à Biarritz et à Pau

Lors de la marée noire du Prestige, le centre Hegalaldia s'installe au musée de la mer de Biarritz ©V.B
Lors de la marée noire du Prestige, le centre Hegalaldia s'installe au musée de la mer de Biarritz ©V.B
L’équipe invite à deux manifestations ce jour-là. La première à Biarritz à 9h30. « La procession partira de la mairie jusqu’à la Grande Plage, lieu symbolique de la marée noire du Prestige qui a fait connaître le rôle de l’association. Le second évènement se déroulera dans l’après-midi à Pau. Le rassemblement partira du parc Beaumont à 14h30 pour arriver devant la Communauté d’agglomération Pau Pyrénées, « qui a arrêté de nous financer pour des raisons injustifiés » a annoncé l'association.

Hegalaldia est né voilà treize ans maintenant. A Uhart-Cize. Des premières volières montées pour accueillir des oiseaux blessés, des vautours fauves particulièrement.

En 2002, le Prestige déverse dans l’océan son mazout et la marée noire s’infiltre sur toutes les côtes du golfe de Gascogne. Hegalaldia est appelé à la rescousse des oiseaux marins englués dans l’or noir. Hommes et animaux sont accueillis dans une annexe du musée de la Mer de Biarritz quelques semaines pour parer à l’urgence.

Mais une fois l’urgence passée, Hegalaldia retourne à Uhart Cize. La structure devient trop petite pour répondre aux appels des humains qui volent au secours de la faune sauvage blessée. Le centre trouve un nouveau souffle à Ustaritz qui l’accueille en 2006.

Vendredi, Hegalaldia annoncera les mesures adoptées par son conseil d'administration

Fous de Bassan ou hérissons, le centre de sauvegarde de la faune sauvage à Ustaritz devra-t-il faire un choix à l'avenir  ? ©V.B
Fous de Bassan ou hérissons, le centre de sauvegarde de la faune sauvage à Ustaritz devra-t-il faire un choix à l'avenir ? ©V.B
Aujourd’hui, Hegalaldia accueille près d’un millier d’animaux par an, dont plus d’une centaine d’espèces protégées. Pour assurer ce service d’intérêt général, le centre s’appuie sur quelque « 300 adhérents annuels, plus de 6000 heures de travail réalisées par les bénévoles (particuliers, vétérinaires, etc), 40 ambulanciers bénévoles qui couvrent le département afin de rapatrier les animaux dans de bonnes conditions et dans les meilleurs délais, 400 000 euros d’argent public investi dans les infrastructures en dix ans (bâtiments, volières, etc) et 3 salariés, compétents, expérimentés et dévoués » explique le centre.

Treize ans ont passé. Treize années à chercher des ressources financières. « Finies les années post Prestige où tout le monde voulait financer l’association pour le travail qu’elle avait accompli pour le sauvetage des oiseaux mazoutés. Des animaux en détresse, nous en soignons un millier par an, même sans marée noire…  » rappelle l'association.
Vendredi prochain, au Pays Basque et en Béarn, Hegalaldia organisera son enterrement symbolique. Et l'équipe annoncera les mesures adoptées par son conseil d'administration nouvellement élu. Annoncera-t-elle la poursuite de ses activités ? Son appel sera-t-il entendu par les collectivités locales dans ce contexte de crise économique ?

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement