xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

L'autour des palombes, voleur de pigeons


Jeudi 22 Janvier 2015


Fait assez rare, le centre de soins de la faune sauvage de la Rspca dans le Somerset en Grande-Bretagne accueille depuis quelques jours un autour des palombes blessé. Une espèce qui en France a repris son envol depuis les années 1970. Petit zoom sur ce rapace amateur de pigeons.




L'aile cassée, l'autour des palombes devra attendre quelque six semaines au centre de la Rspca avant que sa fracture disparaisse ©Rspca
L'aile cassée, l'autour des palombes devra attendre quelque six semaines au centre de la Rspca avant que sa fracture disparaisse ©Rspca
C'est assez rare pour que la RSPCA le souligne : son centre de soins de la faune sauvage dans le Somerset en Angleterre soigne depuis quelques jours un autour des palombes. Une femelle qu'un particulier a retrouvé blessée, une aile cassée, à Glamorgon le 10 janvier dernier.

Le centre ne sait pas comment le rapace âgé d'environ un an s'est cassé une aile, mais il a bon espoir. « Pour le moment, elle mange bien et répond bien au traitement, aussi nous espérons qu'une fois que son aile se sera consolidée et qu'elle aura récupéré toute sa force, elle pourra être relâchée dans la nature » commente Neil Thomas, le directeur du centre.

La Grande-Bretagne compte entre 280 et 430 couples d'autours de palombes. Des rapaces diurnes et sédentaires qui, comme son nom le trahit, apprécient les palombes à son menu, ou toute autre oiseau qu'ils attrapent en plein vol.

Si le plumage des femelles est estimée plus terne que les mâles, les premières les rattrapent par leur taille : elles font une fois et demi leur poids. C'est au début du printemps qu'elles lancent le signal des parades nuptiales : elles planent puis descendent en piqué et appellent leurs futurs partenaires.

Une fois les couples formés et leurs nids construits ou retapés dans de grands arbres, les femelles pondront trois u quatre œufs qu'elles seules couveront. Quelque 35 jours plus tard, les oisillons naîtront et quitteront le nid plus d'un mois après leur naissance. Ils devront encore compter sur leurs parents pour se nourrir un mois plus tard.

La Grande-Bretagne abrite entre 280 et 430 couples, la France entre 4000 et 5100

En France, les autours des palombes sont plus nombreux qu'en Grande-Bretagne : on estime que les couples sont entre 4000 et 5100 (plus de 300 000 dans le monde). L'espèce revient de loin : il ne restait qu'entre 400 à 500 couples en 1970. En cause : sa destruction par ceux qui voyaient en elle un concurrent dans la chasse à la palombe, le pillage de ses nids pour la fauconnerie, l'utilisation de pesticides organochlorés.

Mais en 1972, la loi française prit sous son aile le rapace et le protégea. Les pesticides organochlorés furent ensuite interdits, les espaces boisés où l'autour des palombes vit regagnèrent du terrain. Et sa population reprit de la vigueur pour atteindre 3000 à 4000 couples au début des années 1980. Selon l'observatoire des rapaces de la LPO, l'oiseau semblerait de nouveau à régresser dans certaines régions de France.

A noter qu'en Corse, il existe une sous-espèce dont la population s'élève à moins de cent couples. Classée vulnérable, elle a bénéficié d'un plan de restauration entre 2004 et 2008 pour assurer sa survie sur l'île.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement