xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

L'autour des palombes, voleur de pigeons


Jeudi 22 Janvier 2015


Fait assez rare, le centre de soins de la faune sauvage de la Rspca dans le Somerset en Grande-Bretagne accueille depuis quelques jours un autour des palombes blessé. Une espèce qui en France a repris son envol depuis les années 1970. Petit zoom sur ce rapace amateur de pigeons.




L'aile cassée, l'autour des palombes devra attendre quelque six semaines au centre de la Rspca avant que sa fracture disparaisse ©Rspca
L'aile cassée, l'autour des palombes devra attendre quelque six semaines au centre de la Rspca avant que sa fracture disparaisse ©Rspca
C'est assez rare pour que la RSPCA le souligne : son centre de soins de la faune sauvage dans le Somerset en Angleterre soigne depuis quelques jours un autour des palombes. Une femelle qu'un particulier a retrouvé blessée, une aile cassée, à Glamorgon le 10 janvier dernier.

Le centre ne sait pas comment le rapace âgé d'environ un an s'est cassé une aile, mais il a bon espoir. « Pour le moment, elle mange bien et répond bien au traitement, aussi nous espérons qu'une fois que son aile se sera consolidée et qu'elle aura récupéré toute sa force, elle pourra être relâchée dans la nature » commente Neil Thomas, le directeur du centre.

La Grande-Bretagne compte entre 280 et 430 couples d'autours de palombes. Des rapaces diurnes et sédentaires qui, comme son nom le trahit, apprécient les palombes à son menu, ou toute autre oiseau qu'ils attrapent en plein vol.

Si le plumage des femelles est estimée plus terne que les mâles, les premières les rattrapent par leur taille : elles font une fois et demi leur poids. C'est au début du printemps qu'elles lancent le signal des parades nuptiales : elles planent puis descendent en piqué et appellent leurs futurs partenaires.

Une fois les couples formés et leurs nids construits ou retapés dans de grands arbres, les femelles pondront trois u quatre œufs qu'elles seules couveront. Quelque 35 jours plus tard, les oisillons naîtront et quitteront le nid plus d'un mois après leur naissance. Ils devront encore compter sur leurs parents pour se nourrir un mois plus tard.

La Grande-Bretagne abrite entre 280 et 430 couples, la France entre 4000 et 5100

En France, les autours des palombes sont plus nombreux qu'en Grande-Bretagne : on estime que les couples sont entre 4000 et 5100 (plus de 300 000 dans le monde). L'espèce revient de loin : il ne restait qu'entre 400 à 500 couples en 1970. En cause : sa destruction par ceux qui voyaient en elle un concurrent dans la chasse à la palombe, le pillage de ses nids pour la fauconnerie, l'utilisation de pesticides organochlorés.

Mais en 1972, la loi française prit sous son aile le rapace et le protégea. Les pesticides organochlorés furent ensuite interdits, les espaces boisés où l'autour des palombes vit regagnèrent du terrain. Et sa population reprit de la vigueur pour atteindre 3000 à 4000 couples au début des années 1980. Selon l'observatoire des rapaces de la LPO, l'oiseau semblerait de nouveau à régresser dans certaines régions de France.

A noter qu'en Corse, il existe une sous-espèce dont la population s'élève à moins de cent couples. Classée vulnérable, elle a bénéficié d'un plan de restauration entre 2004 et 2008 pour assurer sa survie sur l'île.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement