xoriburu.info
Zooms

L'angélique des estuaires à St-Jean de Luz


Samedi 4 Septembre 2010





©Conservatoire botanique Sud-Atlantique
©Conservatoire botanique Sud-Atlantique
Depuis le 1er septembre, Le Jardin botanique littoral Paul Jovet, à St-Jean-de-Luz, accueille une exposition sur une plante très rare : l'angélique des estuaires. Cette plante qui peut atteindre deux mètres de haut est une espèce protégée en France et considérée prioritaire en Europe.

Endémique des côtes atlantiques, seuls quelques estuaires l'abritent encore dont celui de la Loire, la Charente, la Gironde, l'Adour et de la Nivelle. Depuis quelques décennies, l'angélique des estuaires est malmenée par les activités humaines et l'artificialisation de son habitat : urbanisation, aménagement des berges, de quais, création de sentiers pédestres ou cyclables...

Ce fut le botaniste J . Lloyd qui le premier la décrit en 1860 dans le Bulletin de la Société Botanique de France : « Angelica heterocarpa Nob. – Tige de 1 à 2 mètres, très creuse, lisse excepté dans le haut où elle est cannelée et rude-pubescente. Feuilles très grandes, 2-3 fois ailées, les radicales pétiolées avec rachis en gouttière ainsi que les pétioles qui sont largement dilatés à la base en gaine quelque fois rougeâtre ; folioles ovales-lancéolées, plus foncées et luisantes en dessus, à dents de scie terminées en pointe blanchâtre-scarieuse. Ombelles à rayons nombreux, striés, pubescents-rudes ; involucre nul ou à 1-3 folioles plus ou moins caduques ; folioles de l’involucelle linéaires en alène. Fleurs blanches ; pétales ovales à pointe infléchie. Fruit à odeur légère d’Angélique (Archangelica officinalis) ; carpelles ovales ou elliptiques-oblongs, à côtes latérales un peu plus grandes, quelquefois dilatées en forme d’aile plus étroite que le corps du carpelle. »

Description absconse pour les néophytes. C'est la raison pour laquelle le Conservatoire botanique national Sud-Atlantique a conçu l'exposition, visible à St-Jean de Luz jusqu'au 31 octobre.
Le Jardin botanique Paul Jovet organise le 10 octobre prochain une sortie découverte dans les barthes de la Côte Basque. Cette sortie accompagnée est ouverte à tous, de 11 à 13 heures. L'opportunité peut-être aussi d'apercevoir la faune et la flore endémique de ces lieux. La Nivelle, son estuaire, ses barthes et ses cours d'eau, abrite aussi la cistude d'Europe, une tortue, l'écrevisse à patte blanche et la moule perlière, le desman des Pyrénées et le vison d'Europe, et autres poissons.

Ester Gran


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement