xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Japon : des hommes et des animaux


Mardi 5 Avril 2011


Alors que des tonnes d’eau radioactive vont s’immerger dans l’océan Pacifique au large de la centrale nucléaire de Fukushima, les retrouvailles d’une femme et de son chien séparés par le tsunami au Japon ont apporté un petit instant de détente sur la toile et les infos en boucle. Devant le bouleversement que des propriétaires et leurs animaux ont subi, des ong se mobilisent.




Dans les centres d'hébergement les propriétaires doivent laisser leurs animaux familiers à l'extérieur © Ifaw/M. Booth
Dans les centres d'hébergement les propriétaires doivent laisser leurs animaux familiers à l'extérieur © Ifaw/M. Booth
Vendredi dernier, des gardes côtes japonais en hélicoptère ont découvert un chien sur des débris de toit dérivant à 1,8 kilomètres au large de Désenfuma. Y avait-il trouvé refuge le 11 mars ou après. Le chien ne pourra pas raconter son histoire…

Impossible de le récupérer par air : l’animal était apeuré par le bruit des pâles de l’appareil. C’est donc par bateau que les gardes côtes l’ont approché et l’ont sauvé. Le chien, s’il portait un collier, n’a pas pu être identifié. Son propriétaire ne pouvait donc pas être prévenu de sa survie au tsunami. Il a été confié à un centre de protection animale.

L’opération de sauvetage a été retransmise par la télévision japonaise NHK dès vendredi. Et c’est à ce moment-là que la propriétaire de l’animal a cru le reconnaître. Elle s’est présentée au refuge hier. Elle y a retrouvée son compagnon qui débordait de joie. Le chien qui s’appelle Ban a disparu quand le tsunami a dévasté sa maison. Les retrouvailles ont été filmées par la chaine NHK.

Depuis le 11 mars, de nombreux propriétaires recherchent encore leurs animaux de compagnie. De nombreux chiens et chats n’ont pas survécu au tsunami. Quand elles le peuvent des associations japonaises de protection animale récupèrent ceux qui errent toujours dans les décombres. Reste à les héberger, les nourrir et les soigner. Tant que leurs maîtres n'ont pas été retrouvés.

Autre problème : les centres d’hébergement qui accueillent les familles sans toit désormais n’acceptent pas leurs animaux de compagnie. Question de logistique, de promiscuité… Les propriétaires qui ne veulent pas s’en séparer les laissent donc à l’extérieur des centres, dans leurs voitures…

Enfin dans les zones évacuées autour de la centrale, certains maîtres n'ont pas toujours pu emmener avec eux leurs compagnons à quatre pattes.

Des associations internationales de protection animale ont envoyé des équipes pour les y aider. C’est ainsi que Ifaw ou la Coalition Nationale pour le Sauvetage des Animaux (National Animal Rescue and Sheltering Coalition – NARSC) sont aujourd’hui sur place.

« Le besoin humanitaire reste immense mais compte tenu de l’importance capitale des animaux de compagnie pour les familles japonaises et du bétail dans l’économie japonaise, il est essentiel que nous agissions immédiatement » avait expliqué dans un communiqué le 25 mars dernier le Dr. Dick Green, responsable de l'équipe de secours d'urgence d'IFAW. “IFAW qui a rejoint les groupes de sauvetage locaux, les associations vétérinaires et les organisations gouvernementales, détermine le meilleur moyen, d’apporter son aide dans le processus de sauvetage. »


Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement