xoriburu.info
Chienne de vie !

J+38... Quand on tombe sur un os


Mardi 14 Avril 2020


J+38... Le journal d'un chien confiné avant l'heure.




Je ronge les os pour ronger mon frein ©xoriburu
Je ronge les os pour ronger mon frein ©xoriburu
Pourvu que les deux jambes ne tombent pas sur un os. Un de ces os de plat-de-côte ou à moelle que je ronge. A défaut de ronger mon frein. Le jardin en est miné. A chaque jour de confinement son os. Des gros, des petits, des friables, des durs... Je ne les compte plus. Si lui tombe dessus les quatre fers en l’air... J’ me fais un sang d’encre. Encore plus noire que mon poil. Car elle, elle est déjà out. Une semaine avant que le tambour sonne le confinement général, patatras, le mien était signé. Le 6 mars, elle est tombée sur le genou. Le gauche. Elle est rentrée des urgences, un drôle de truc sur la jambe. Une attelle qu’ils ont dit. Elle en a pris pour 45 jours... Et moi avec. Un avant-goût de ce qui allait nous attendre dix jours plus tard : des balades réduites comme peau de chagrin. Au milieu du béton. Adieu bois, forêts, parcs et jardins interdits à notre truffe. Adieu vagues et sable doré. Ils ont même fermé les plages ! Alors je ronge mes os pour oublier le frein. Et je ne parle pas de mes cousins. De ceux qui confinent en appartement. De ceux vivent dans les refuges. Et hier ils ont dit dans la lucarne que l’on en prenait pour quatre semaines de plus. Tout ça parce qu’ils ont mangé du pangolin.

Jules


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 7 Mai 2020 - 19:51 J+61... Le 11 mai, je confine

Mercredi 29 Avril 2020 - 13:53 J+ 53... Aguilera, la belle affaire



Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site




La côte basque en images



On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

09/10/2019

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement