xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Ivoire: l'arnaqueur n'a pas flairé le bon filon


Jeudi 29 Août 2013


L'ivoire, l'argent sale, les explosifs, la drogue... Le détecteur miracle tout terrain que proposait un homme d'affaires britannique à ses clients devait ranger le flair canin aux oubliettes... Sauf que le détecteur s'est avéré au bout du compte une arnaque !




Rien ne vaut parfois la truffe d'un chien pour flairer les arnaques ©V.B.
Rien ne vaut parfois la truffe d'un chien pour flairer les arnaques ©V.B.
La lutte contre le trafic de l’ivoire mobilise tous les continents. Les autorités publiques et les associations de protection de la nature multiplient les enquêtes pour débusquer les trafiquants et remonter les filières. Souvent ces opérations débutent par une saisie d’ivoire dans un aéroport ou un port. De l’ivoire habilement caché dans des bagages...

Les détecteur d'ivoire n'étaient que des boîtes pleines de fils et d'antennes

Enquêtes, chiens, fouilles...Les douaniers et autres forces de l’ordre font appel à tous les systèmes pour trouver ces ivoires masqués. Or voici que ces dernières années, il leur était proposé un détecteur d’ivoire. Une machine infaillible aux dires de Gary Bolton qui revendait ces petits bijoux de technologie au prix fort. 15 600 dollars pièce parfois ! L’homme de 46 ans assurait que son matériel pouvait aussi détecter la drogue, le tabac, et l’argent sale... les bombes !

Mais les détecteurs miracles n’étaient en fait que des boîtes inertes emplies de fils et d’antennes. D’abord fabriquées au domicile de l’homme incriminé ! La supercherie a fait long feu jusqu’à ce qu’elle ne soit démasquée. Gary Bolton vient d’être jugé au Royaume-Uni et condamné à sept ans de prison.

Quelques mois plus tôt, en mai dernier, c’est autre escroc qui a été condamné à dix ans d’emprisonnement. James McCormick, un autre homme d’affaires britannique, avait réussi à commercialiser plus de 7 000 systèmes de détection d'objets de contrebande. Une autre machine miracle puisqu’elle pouvait sans discrimination détecter les explosives, la drogue, l’argent et l'ivoire !

La lutte contre le trafic de l'ivoire s'appuie sur des fondamentaux, tel les chiens de détection

Dans les deux cas, les arnaqueurs avaient su prodiguer leurs conseils tronqués auprès de nombreux clients dans le monde, militaires comme civils. « Parmi les acheteurs se trouvaient des autorités de lutte contre le trafic des espèces en Afrique, elles ont été amenées à croire que ces gadgets allaient les aider dans leur combat contre le trafic illégal d’ivoire » souligne l’association Traffic qui ces dernières années avait émis quelques doutes sur l’efficacité d ces détecteurs.

« Il est tragique que les rares ressources contre le trafic aient été investies de bonne foi dans des technologies qui se sont révélés être de la camelote » a commenté Steven Broad, directeur de l’ong. Et d’ajouter : « les nouvelles technologies ont un rôle important dans la lutte contre les crimes à l'encontre de la faune sauvage, mais ces exemples montrent que la recherche de solutions rapides à des problèmes difficiles conduit parfois à prendre de mauvaises décisions. »

Steven Broad conseille donc d'en rester pour l'heure aux fondamentaux : « le renseignement, le profilage, les chiens de détection et de meilleurs échanges d’information entre les agences qui travaillent à lutter contre les crimes contre la nature. »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement