xoriburu.info
Ecosystèmes

Initiatives océanes : quand les déchets prennent l'eau


Jeudi 20 Mars 2014


Le boulot ne va pas manquer ces trois prochains jours : entre les bois morts charriés par les marées sur le sable, bouts de plastique et autres petits déchets jonchent les plages basques. Déchets à 80% d'origine continentale. Les bénévoles qui participent aux initiatives océanes organisés par Surfrider vont pouvoir le vérifier !




Ente les bois morts, des bouts de plastique sur la plage ce matin jetés par la marée basse ©V.B.
Ente les bois morts, des bouts de plastique sur la plage ce matin jetés par la marée basse ©V.B.
Micro plastique et fragments de plastique, matériel de pêche et conchylicole, bouteilles de plastique, mégots et produits d'hygiène : c'était l'année dernière le top 5 des déchets ramassés par les bénévoles sur le littoral du golf de Gascogne lors des initiatives océanes. Quel sera donc le classement cette année ?

Les initiatives océanes organisent plus de 767 collectes de déchets aquatiques dans le monde

Hier, jeudi 20 mars, Surfrider a lancé les initiatives océanes. Dix-neuvième édition de ce programme de sensibilisation lancé par Surfrider Foundation Europe. Sa cible : les déchets aquatiques où qu'ils se trouvent. Dans les lacs ou les berges des rivières, les fonds marins ou les plages. L'originalité de cette campagne : allier la parole à l'acte. Chacun est invité à participer à l'une des 767 opérations de nettoyage organisées sur le littoral du golf de Gascogne et d'ailleurs : façade de l'Atlantique nord et ouest, de la mer Méditerranée, de l'océan Indien... Trente-quatre le sont sur les Pyrénées-Atlantiques.

L'année dernière, ce sont les sacs plastique à usage unique qui avaient été sous les feux de la rampe de Surfrider. Même si ce problème n'est pas éradiqué, la fondation a élargi sa thématique autour de l'amont-l'aval. De fait 80% des déchets aquatiques sont d'origine continentale assure la fondation.

Sur les 2089,5 mètres cube ramassés de par le monde en 2013, 31,5% étaient des déchets qui avaient été abandonnés sur place, 25,4% provenaient des villes et des industries, 17,4% de la pêche et de la conchyculture, 9,6% étaient d'origine non identifiée, 7,2% venaient des activités portuaires et transport maritime, 3,7% de plusieurs origines, 3,3% des stations d'épuration, 0,9% de l'agriculture, 07% de la mauvaise gestion du traitement des eaux usées, et enfin 0,2% de la plaisance et 0,2% de décharges sauvages.

Cent mille tortues meurent chaque année des plastiques

Bref il n'y a pas à tortiller : l'homme en a la pleine responsabilité et doit l'assumer. Même le citadin. Un mégot dans sa rue, une bonne pluie la-dessus et le bout de cigarette dévale la rue, charrié par le flot d'eau. S'il échappe aux réseau d'eaux pluviales, il s'engouffre dans un ru. Et comme le dit si justement le proverbe : les petits ruisseaux font les grandes rivières ! Rivières qui finissent leur course dans les océans. Le mégot avec !

Et c'est cette chaîne que les initiatives océanes veulent pointer du doigt cette année. Leur campagne Amont-Aval représente le cycle de l’eau de la montagne à l’océan en passant par les rivières. « Par cette campagne, Surfrider souhaite que le grand public prenne conscience qu’un geste pouvant sembler anodin et cela même si on habite en ville, peut avoir des répercussions sur les océans et des mers. »

Le bout de cigarette n'est qu'une goutte d'eau dans le charivari des déchets aquatiques. En fait 60 à 90% de ces déchets sont composés de plastique ! Des déchets plastique qui se déversent dans les océans à raison de 206 kg par seconde. Or le plastique n'est pas biodégradable. Avec le temps il se désagrège en minuscules particules... Particules que l'on retrouve dans les estomacs des petits et gros poissons, puis des cétacés qui les mangent... « Un million d'oiseaux marins et 100 000 tortues meurent chaque année suite à une ingestion, enchevêtrés dans les déchets plastique » pointe du doigt Surfrider !

La solution : arrêter de prendre la terre pour une poubelle. Poubelle qui se déverse dans les océans, les lacs et les rivières...

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 3 Décembre 2018 - 16:44 Juste un coucher de soleil...

Samedi 6 Octobre 2018 - 23:37 Alternatiba rallie Surfrider à Biarritz


Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement