xoriburu.info
Zooms

Iccat : Oceana reste sur sa faim


Lundi 19 Novembre 2012


Si l'Iccat, la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique, a établi un quota de pêche à 13 400 tonnes pour le thon rouge, elle a laissé les requins sur le banc de touche. Réaction de l’ong Oceana.




La réunion de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (Iccat en anglais ou Cicta en français) s’achève aujourd’hui à Agadir. Les parties contractantes sont parvenues à se mettre d’accord sur un quota global de capture de thon rouge de l’Atlantique est et de la Méditerranée : 13 400 tonnes pour 2013. Elles attendront de nouvelles études scientifiques pour déterminer les prises de capture pour les années suivantes.

Le requin taupe commun reste sans protection

Les réactions des ong écologistes ne se sont pas faites attendre. Ainsi l’association de protection des océans Oceana Europe se dit-elle satisfaite de cette dernière décision. A contrario, elle dénonce l’attentisme de l’Iccat au regard des autres espèces menacées tels que les requins alors que sept propositions ont été présentées pour assurer leur conservation.

Si la Commission en a bien adopté une, elle a rejeté celles de l’Union européenne. A savoir la protection du requin taupe commun et le plafonnement des prises de requin taupe bleu. Cette dernière espèce est péchée sans encadrement alors qu’elle est menacée.

Allison Perry, experte en requins et scientifique de la faune marine à Oceana Europe, a condamné l'abandon des requins lors de la réunion annuelle : « La Cicta a échoué à assumer ses responsabilités en matière de gestion des pêcheries de requins en Atlantique. Permettre aux stocks de gravement s’épuiser, puis interdire leur capture ne peut pas être considéré comme une gestion responsable. Bien qu’ils représentent plus de 15% de toutes les captures déclarées à la Commission, les requins capturés dans les pêcheries de la Cicta restent entièrement non gérés. »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Novembre 2015 - 16:36 Pas de tracts contre les Animaliades



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement