xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Heureux événement à Plaiaundi


Samedi 20 Septembre 2014


Outre Bidassoa, la lagune douce de Plaiaundi a connu un joli événement cet été : un couple d'aigrettes garzettes a donné naissance à deux oisillons. Une première dans les zones humides de Txingudi.




Deux nouvelles aigrettes garzettes sur les marais de Txingudi ©V.B.
Deux nouvelles aigrettes garzettes sur les marais de Txingudi ©V.B.
Bec et pattes noires, doigts jaunes, l'aigrette garzette aime fréquenter le Pays Basque, nord et sud. Ce gracieux oiseau aux plumes blanches privilégie les zones humides, voire les bandes côtières, où elle trouve insectes, petits poissons, grenouilles, lézards, vers, crustacés et mollusques.

Deux nouvelles naissances à Plaiaundi sur Irun

Et cette année, les marais de Txingudi ont eu l'heureuse surprise de compter deux naissances parmi la petite communauté qu'ils accueillent. Naissances confirmées par le département de l'environnement du gouvernement d'Euskadi hier.

Un couple d'aigrettes a ainsi réussi à élever deux oisillons dans la lagune douce de Plaiaundi, espace protégé, sur la commune d'Irun. Ce n'est que fin août que la confirmation a pu être donnée : le couple reproducteur a été plus que discret et construit son nid à l'abri des regards. Les observateurs ont dû attendre que les jeunes oiseaux quittent le nid pour les apercevoir. Et cette reproduction réussie est une première sur le site.

En l'annonçant, le département a fait un point sur les autres naissances de l'espèce sur son territoire. En Alaba, quatorze couples ont couvé avec succès leur progéniture sur le lac de barrage d'Ullibarri Ganboa. Pour l'heure, les oiseaux de l'île Izaro en face de Bermeo en Biscaye ne semblent pas avoir franchi le pas.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement