xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Hegalaldia recueille une jeune cigogne noire


Vendredi 6 Septembre 2013


Mardi dernier, le centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia a été appelé au secours d'un cormoran. C'est au chevet d'une jeune cigogne noire qu'elle se rendra à sa grande surprise. Zoom sur une espèce rare et protégée en France qui chaque année survole le Pays Basque vers l'Afrique.




Recueillie très affaiblie mardi par Hegalaldia, la jeune cigogne noire se tenait debout le lendemain matin
Recueillie très affaiblie mardi par Hegalaldia, la jeune cigogne noire se tenait debout le lendemain matin
« Alertés par les personnes qui avaient recueilli l’oiseau, Nous pensions tomber sur un cormoran » sourit Stephan Maury du Centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Céline est tombée des nues à son arrivée à Baigorri mardi : le plumage sombre de l’oiseau cachait en fait une cigogne noire !

La cigogne noire très affaiblie reprend du poil de la bête au centre Hegalaldia

La cigogne est plutôt mal en point. Si elle ne paraît pas blessée, la cigogne est en hypothermie et très maigre. « Nous avons pris sa température au centre, elle était de 38,2°. Elle aurait dû osciller autour entre 39° et 40°, poursuit Stephan Maury. Quant à son poids, il atteignait à peine 1,48 kilo. A son âge, il devrait s’élever autour des trois kilos. »

La nuit passée, l’équipe a l’heureuse surprise de voir le poids plume debout. « Il avait mangé toute la nourriture que nous lui avions mis à disposition ! Elle devrait être tirée d’affaires maintenant. Nous n’avons qu’à la remplumer. Et après qu’elle se sera remusclé en volière, nous pourrons la libérer pour qu’elle reprenne le chemin de sa migration. Le Pays Basque n’abrite pas de cigogne noire. »

La cigogne noire n’est pas un vilain petit canard parmi les cigognes blanches. Elle est espèce à part entière et a des us et coutumes éloignées de sa cousine. Si la première fuit l’homme, la seconde n’hésite pas à cohabiter avec lui. Si la cigogne noire construit son nid dans les gros arbres au cœur des grandes forêts, sa blanche sœur n’hésite pas à l’installer sur les cheminées de nos maisons.

L'espèce redécouvre la France depuis 1973

La cigogne noire est une espèce rare et protégée en France où elle niche à nouveau depuis 1977. A nouveau car l’oiseau avait quasiment disparu d’Europe occidentale (1). Espèce surtout forestière lorsqu’elle nidifie, elle a été victime de destructions massives et du déclin des massifs forestiers, qui sous l’action de l’homme, se sont réduites comme peau de chagrin. Depuis 1977, elle redécouvre le territoire français où des couples nicheurs s’installent progressivement. De la région Centre au quart nord est du pays. Les scientifiques estiment aujourd’hui sa population nicheuse entre 30 et 60 couples. Les Ardennes resterait le bastion de l’espèce, avec 12 nids trouvés en 2011 et 8 en 2012. L’espèce fait l’objet d’un suivi méticuleux de l’Onf, Office national des forêts, et de la Lpo, Ligue.

La cigogne noire n’est pas complètement noire. Son ventre, ses aisselles et le dessous de sa queue sont blancs. Si adulte, elle possède bec et pattes rouges, elle les arborait jaune verdâtres dans sa tendre jeunesse. SI en Europe, les couples nichent dans les massifs forestiers, ils se nourriront dans les zones humides des petites vallées où serpente les ruisseaux bordés de prairies ou de bois. Des zones où ils trouveront grenouilles, insectes, poissons...

D'ici un mois la jeune cigogne noire reprendra son envol vers l'Afrique

C’est début mars que l’espèce revient sur l’Europe après avoir passé l’hiver en Afrique de l’Ouest. Un mois à peine après son arrivée, la femelle pond d’un à cinq œufs. Un nouveau mois passe, et les oisillons éclosent. Ils quitteront le nid familial à partir de la mi-juillet.

Entre mi- juillet et mi-octobre, les cigognes noires prendront leur envol vers leurs terres hivernales. Beaucoup survoleront le Pays Basque et franchiront les Pyrénées au col d’Organbidexka. Au jeudi 5 septembre de cette année, les observateurs postés sur le col ont compté le passage de 199 cigognes noires. D’ici trois à quatre semaines, le jeune oiseau recueilli par Hegalaldia devrait rejoindre le flot... Ses ailes battront quelque 200 kilomètres par jour pour parvenir en Afrique de l’Ouest.


(1) La population mondiale de la Cigogne noire est estimée entre 32 000 et 44 000 individus. En Europe, 6 600 à 9 700 couples nidifieraient. Les populations d’Europe de l’Ouest sont en augmentation tandis qu’en Europe de l’Est, les tendances sont au déclin (Pays Baltes) ou incertaines. En Europe de l’Est, l’intensification de l’industrie forestière représente une grave menace et il est probable que l’augmentation constatée en Europe de l’Ouest ne soit due qu’à un déplacement de la population de l’Est. constate le site dédié à l’espèce. La cigogne noire est inscrite à l'annexe I de la directive Oiseaux de l'Union européenne

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement