xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Hasparren : une boïna pour un samoyède


Lundi 6 Octobre 2014


Regard expert du juge et suspense papable pour les candidats et leurs chiens à la coupe suprême. C'est finalement un samoyède qui a ravi la palme chez les adultes lors de l'exposition nationale canine organisée dimanche à Hasparren.




C'est à Jean-Paul Kerihuel, vice-président de la Société centrale canine qu'est revenue la mission de désigner le plus beau chien de la journée. Et après quelques tours de ring... Le juge a tranché : une boïna pour le samoyède. Une journée chargée d'émotion pour les maîtres et leurs chiens. De toute race et de toute taille en compétition à Hasparren pour cette exposition nationale canine organisée par l'association canine des Pyrénées-Atlantiques.

Le samoyède, une race des grands froids sibériens

Plus de 700 chiens se sont ainsi donné rendez-vous à Hasparren. Dont le samoyède, fourrure blanche épaisse. Un véritable nounours blanc en peluche ! Dans la classification internationale, cette race est listée dans le groupe 5 : chiens de type Spitz et de type primitif.

C'est en Russie septentrionale et Sibérie qu'elle est apparue. Dans ces rudes contrées, elle accompagnaient les tribus nomades des Samoyèdes. D'où son nom. Au nord de la région, poil blanc comme la neige, elle servait de chiens de traineaux et de chasse. Au sud, le poil blanc, noir ou taché de marron, les hommes les utilisaient comme chiens de troupeaux de rennes. Le jour à la tâche qui leur incombait. La nuit, dans les habitations de leurs maîtres comme chauffage d'appoint.

Puis en 1889, un de ces chiens quitte sa contrée pour la Grande-Bretagne. Il est ramené par le zoologiste Ernest Kilburn Scott qui venait d'un séjour de trois mois auprès du peuple samoyède. Un premier chien. Puis un second lors d'un prochain voyage... Le zoologiste fut suivi par d'autres explorateurs occidentaux.

Et c'est ainsi que le samoyède occidental prend pied outre-Manche. Les éleveurs britanniques qui s'y intéressent préfèrent une lignée blanche à toute autre couleur. Si paupières, truffe et lèvres sont noires, la robe de la race est blanc pur, crème ou blanc et biscuit.

Rendez-vous au printemps à Pau

Sur le tapis vert à Hasparren, les groupes passent les uns après les autres. Un peu plus loin, 75 équipages s'affrontent sur un concours d'agility mené par Agil 4 Pat. Applaudissements assurés.

L'association canine des Pyrénées-Atlantiques a donné rendez-vous à l'année prochaine pour une prochaine exposition canine au printemps. A Pau cette fois-ci. « Elle sera internationale, souligne Martin Lagardère, vice-président. Nous pouvons l'organiser tous les deux ans. Nous attendront environ 1200 chiens. »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement