xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Guillemot de Troïl : l'écume sera son linceul


Samedi 22 Février 2014


Des plumes blanches et noires frémissent dans le vent. Sur la grève jonchée des corps de ses compagnons, l'oiseau livre son dernier combat. Contre la vague de cette mer qui l'a nourri.




Balloté par la houle, le guillemot livrera son dernier combat ©V.B.
Balloté par la houle, le guillemot livrera son dernier combat ©V.B.
L’oiseau souffle. Sur le sable battu par la vague, il vient de trouver un repos. Voilà des jours qu’il part à la dérive. Au gré de la houle. Il n’en peut plus l’oiseau, les plumes noires et blanches. Des jours à trainer sur l’océan, l’estomac vide, la gorge desséchée. Des jours à lutter contre l’engourdissement du froid. Des jours à voir s’éloigner ses compagnons d’infortune que les tempêtes ont épuisés.

Il est trop tard dit l'oiseau à la femme qui l'enveloppe

Sur le sable doré qu’un rayon de soleil enfin réchauffe, l’oiseau n’entend plus le vent hurler. Son souffle est tombé. L’oiseau du grand large va peut-être pouvoir enfin se reposer sur cette grève inconnue. Dans la tourmente, ses esprits sont à l’ouest ; il a perdu le nord. Autour de lui, des corps jonchent le sable. Plumes blanches et noires qui sous la brise frémissent. Ses compagnons que leur mer nourricière a crachés.

A quelques pas, une silhouette blanche furète. Elle n’a pas de bec mais quatre pattes. Elle s’approche et se rapproche. L’oiseau ne la reconnaît pas. Là d’où il veut revenir il n’y a que des plumes et des nageoires. L’oiseau sent le danger auquel il fait face. Survivre. Bec et ailes déployés contre gueule béante et poil hérissé. Et derrière le corps à corps, la vague traitresse qui enveloppe l’oiseau dans son écume. Une vague qui ne lâchera plus sa proie. Avide, elle reprend son fétu. Et l’oiseau de nouveau ballote à son gré. Il ne résiste pas : il n’en a plus la force.

Sur le rivage, un regard colle à l’oiseau épuisé. Le corps balancé par la houle à dix mètres de lui. Impuissant. Les secondes passent et se font minutes. Et les minutes se déguisent en heures. Et les vagues s’amusent toujours avec leur proie. Elles se jouent de son corps qu’elles veulent cadavre. D’une écume à une autre jusqu’à ce que l’une d’elles lassée le roule sur le sable. Immobile l’oiseau sur le rivage doré. Plumes noires et blanches détrempées. Et pourquoi soudain ces battements d’ailles. Le corps prisonnier de milliers de grains de sable ?

« Ah ! Vous l’avez ramassé l’oiseau qui voulait sortir de l’eau ? » Emmitouflé dans une serviette, l’oiseau ne bouge plus. Il n’éprouve plus de faim. Il n’a plus soif. Il ne lutte plus à l’engourdissement du froid qui le guettait. Le bec à peine entrouvert laisse échapper la vie. Son œil la regarde s’éloigner. Il part à la dérive de la vague dont l’écume sera son linceul. « Il est trop tard » dit l’oiseau à la femme qui l’enveloppe.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement