xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Grande-Bretagne : d’où vient mon lait ?


Lundi 12 Novembre 2012


D’où vient le lait que nous buvons ? Du pis de la vache certes. Mais où vit donc cette vache ? Arpente-elle les verts pâturages européens ? Ou passe-t-elle sa vie confinée dans une grange ? En Grande-Bretagne, l’association WSPA lance une campagne pour que les vaches restent dans les prés.




En Grande-Bretagne, 90% des vaches laitières connaissent les prés dès les beaux jours. Du printemps à l’automne, elles paissent dans les prairies et rentrent à la ferme quotidiennement pour la traite. Les premiers frimas de l’hiver arrivant, les éleveurs les rentrent. Et les autres ? Les autres passent leur vie de laitière, confinées en stabulation. Elles ne goûteront jamais à un brin d’herbe.

La Wspa interpelle consommateurs et grande distribution du Royaume-Uni

C’est en faveur de ces vaches qui ne connaîtront jamais la pluie ni le soleil que l’association britannique de protection animale Wspa interpelle ses concitoyens :«  A cet instant même au Royaume-Uni, votre verre de lait, votre pot de yaourt ou votre tranche de fromage peut contenir du lait d’une vache qui n’a jamais vu l’herbe. Aidez la Wspa à dire à votre supermarché que vous voulez savoir d’où vient votre lait ». L’ong a organisé une campagne dans les cités britanniques et sur la toile.

Pour enfoncer le clou, l’ong agite le spectre des élevages industriels qui gagnent du terrain dans l’Union européenne. Aux Pays, Bas, un tiers de vaches est maintenues en stabulation. Au Danemark le nombre des vaches gardées dans de telles conditions a crû de 16% pour atteindre 67% du cheptel, s’inquiète Wspa. Le Royaume-Uni pourrait-il suivre le même chemin ? Avant qu’il ne franchisse le pas, l’association de protection animale prend les devants en appelant à la mobilisation des consommateurs.

Les cinq libertés des vaches laitières

Dans l’Union européenne, nulle directive n’encadre spécifiquement l’élevage des vaches laitières. A l’encontre de celui des porcs ou des poules pondeuses. Les conditions de leur élevage s’appuient sur la directive 98/58/CE du Conseil sur la protection des animaux dans les élevages. Un texte général dont les dispositions s'inspirent des Cinq libertés adoptées par un organisme gouvernemental britannique faisant référence en la matière, "Farm Animal Welfare Council" :

1. Etre à l'abri de la faim et de la soif - accès à de l'eau potable et à une nourriture préservant la pleine santé et la pleine vigueur des animaux;
2. Ne pas souffrir de contrainte physique - environnement approprié comportant des abris et une aire de repos confortable;
3. Ne pas être sujets à la douleur, aux blessures ou aux maladies - prévention ou traitement rapide;
4. Avoir la liberté d'exprimer des comportements normaux - espaces et équipements adéquats, contact avec des animaux de la même espèce;
5. Etre à l'abri de la peur et de la détresse - conditions d'élevage et traitements évitant les troubles psychiques.

Une initiative citoyenne européenne en faveur des vaches laitières

En mai dernier, une initiative citoyenne européenne avait été lancée qui proposait une directive sur les vaches laitières. Initiative à l’appel de l’association britannique CIWF, Compassion in World Farming, la Wspa et l’entreprise de crèmes glacées Ben & Jerry’s.

Elle avait pour but « d’améliorer et harmoniser la protection des 23 millions de vaches laitières en Europe, et garantir des standards minimums qui permettront d’améliorer leur protection comme cela a pu être le cas pour la législation spécifique à d’autres espèces comme les porcs et la volaille ».

Une initiative populaire européenne doit rassembler plus d’un million de signatures de citoyens provenant d’au moins sept des 27 pays membres de l’Union européenne. Elle doit permettre à tous les citoyens de l'UE de participer directement à l'élaboration des politiques européennes, en invitant la Commission européenne à présenter une proposition législative.

Selon un sondage Yougov France pour CIWF1 (1), « 73% des Français souhaitent que le lait qu’ils consomment provienne de vaches ayant accès au pâturage une grande partie de l’année. Pour 87% d’entre eux, le bien-être animal est un critère de choix important lors de l’achat d’un produit laitier. Ce critère est même considéré comme « très important » par 52% des personnes interrogées, avait expliqué cette ong an lançant la campagne en France le 2 juillet dernier.  »

Mais en juillet dernier, cette initiative a été retirée par ses organisateurs du site de la Commission européenne.

(1) : Sondage Yougov France pour CIWF, réalisé sur du 29 février au 2 mars 2012 sur un échantillon de 1002 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2019 - 10:30 Le Desman, animal secret des Pyrénées


Nouveau commentaire :
Twitter


On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images


La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement