xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Grand Hamster : la France a failli


Vendredi 21 Janvier 2011


Voilà qui pendait au nez de la France. Elle sera de nouveau appelée à s’expliquer devant la Cour européenne de Justice. Cette fois-ci sur sa défaillance dans la protection du grand hamster d’Alsace. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir été prévenue. A plusieurs reprises la Commission européenne l’avait avertie. Mais l’Hexagone n’est pas allé assez loin dans son programme de conservation de ce petit mammifère en voie de disparition. Et de ce fait, il n’a pas respecté la directive « Habitats » concernant cette espèce.




Le grand hamster est un rongeur protégé depuis 1993 qui ne vit qu’en Alsace. C’est une espèce surtout nocturne, solitaire et polygame. L’animal tricolore hiberne à l’entrée de l’hiver dans son terrier où il aura amassé ses réserves alimentaires. En mars-avril, il sort de sa léthargie et de son terrier. Viennent les belles amours. La femelle donnera naissance à deux, voire trois portées entre mai et août.

Le siècle dernier n’aura pas été tendre avec lui. Plusieurs facteurs ont réduit sa population comme peau de chagrin. Comme son territoire. De la polyculture sa région passe à la monoculture du maïs. Finis la luzerne, le blé dont il raffole. Labours trop précoces, emploi des pesticides… morcellement du territoire et chasse à un rongeur qui provoque des dégâts dans les cultures.

En 2007, on estime qu’il reste moins de 200 terriers parsemés dans quelques communes autour de Strasbourg. On en recensait 1167 six ans plus tôt.

La France, sermonnée par la Commission européenne, adopte un plan de sauvegarde de l’espèce pour 2007-2013. Hier, l’avocat général du tribunal de la Cour de justice européenne saisie par la Commission a estimé hier que « La République française a manqué aux obligations qui lui incombent en vertu de l’article 12, paragraphe 1, sous d), de la directive 92/43/CEE concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages du fait que

– les mesures agro-environnementales prises en faveur du Grand Hamster (Cricetus cricetus) n’incluent que 60 % des surfaces peuplées par cette espèce et n’ont pas été appliquées aux zones de présence des hamsters autres que les zones d’action prioritaire et l’aire de reconquête

– que les mesures agro-environnementales prises en faveur du Grand Hamster ne sont pas suffisantes pour que des populations viables se développent de manière durable et

– que les mesures cohérentes et coordonnées, à caractère préventif pour la protection du Grand Hamster contre une détérioration de son habitat par des projets d’urbanisme étaient encore incomplètes à la date pertinente. »

L’avis de Juliane Kokott n’est pas contraignant. Pour autant, les juges de la Cour, dans 80% des cas, l’écoutent lorsqu’ils rendent leur arrêt. Et si tel est le cas, ils pourraient condamner la France à une forte amende.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement