xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Grâce présidentielle pour la dinde de Thanksgiving


Jeudi 25 Novembre 2010


Chaque année, les Etats-Unis celèbrent Thanksgiving. Une tradition des premiers colons anglais qui fêtaient leur première récolte. Au menu familial, une dinde. Le Président de la Maison-Blanche n'a pas dérogé à une autre tradition : la grâce de la dinde offerte par la profession.




©ARS
©ARS
C'est en 1621 que les Etats-Unis ont célébré pour la première fois Thanksgiving. Cette année-là, trois jours d'action de grâce furent décrétés pour célébrer la première récolte des premiers colons anglais. Au menu, des dindes sauvages et des pigeons.

Les dindes, rappelons-le, étaient une espèce endémique du continent américain. Au Mexique, elles étaient depuis plus de mille ans oiseaux de basse cour, appréciées pour leur chair. Les Etats-Unis ont perpétué la tradition des premiers colons.

Depuis le président Franklin Roosevelt, c'est le quatrième jeudi de novembre que le pays fête ce jour. Et la tradition culinaire est toujours respectée. Bien sûr, les dindes ne sont plus sauvages, mais, pour la plupart, naissent et grandissent en élevage industriel. Et c'est là que le bât blesse. Ou plutôt blesse les oiseaux. Chaque année le pays produit 250 millions de dindes.

A la veille de Thanksgiving, l'association de protection animale américaine, HSUS, rappelle les conditions effrayantes et mutilantes dans lesquelles ces animaux sont élevés et abattus. Elle a interpellé l'interprofession sur les conditions d'abattage. Elle lui demande d'utiliser un gaz anesthésiant avant que les animaux n'entrent dans les chaînes d'abattage. Elle a appelé ses concitoyens, s'ils tenaient à la tradition, à privilégier l'achat de dindes issues d'élevages respectueux du bien-être animal.

Chaque année, la profession offre symboliquement une dinde au Président des Etats-Unis. Et depuis Georges Bush, cette dinde présidentielle est grâciée. Le président Obama n'a pas dérogé à la tradition. Sa dinde, ou plutôt les deux dindes offertes, finiront leurs jours dans les jardins de la résidence du premier président Georges Washington. Ces dernières années, c'était Disneyland qui recueillent ces rescapées. Mais le parc a voulu cette année innover et changer d'attraction. Les dindes de la Maison Blanche ne sont plus les bienvenues. Pas un moindre mal peut-être, les dindes seront dans leurs nouveaux quartiers plus au calme.

Ester Gran


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2019 - 10:30 Le Desman, animal secret des Pyrénées


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


La côte basque en images

On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement