xoriburu.info
Eko-société

Gommez mégots, plastique et cotons-tiges des eaux du Pays Basque


Vendredi 20 Mars 2015


Mégots de cigarettes, emballages alimentaires, cotons-tiges et microbilles de plastique de cosmétiques exfoliants, depuis ce vendredi les Initiatives océanes pointent du doigt quatre déchets parmi d'autres qui polluent les rivières et les océans. Rendez-vous sur vos plages et rives de cours d'eau !




Les Initiatives océanes organisent de nombreuses opérations de nettoyage sur le Pays Basque. Cliquez sur la photo pour les retrouver (capture écran)
Les Initiatives océanes organisent de nombreuses opérations de nettoyage sur le Pays Basque. Cliquez sur la photo pour les retrouver (capture écran)
Plastique, polystyrène, verre... Les cours d'eau, les mers et les océans charrient des millions de déchets dans le monde. Parmi eux quatre bien identifiés : les cotons-tiges, les mégots de cigarette, les emballages alimentaires et les microbilles de plastique issus des cosmétiques. Ce sont ces quatre déchets que les Initatives océanes placent sous leurs projecteurs cette année. Quatre déchets que l'on peut arrêter de jeter n'importe où. Et d'abord dans les toilettes !

Les produits de gommage du visage utilise des microbilles de plastique

Les toilettes ? C'est souvent le chemin qu'empruntent les cotons-tiges. Jetés sans mégarde dans la cuvette des toilettes plutôt que les poubelles. Mais les cotons-tiges ne sont pas biodégradables. Leurs tiges sont issues de l'industrie pétrochimique et mettent des années avant se dissoudre méchamment dans l'eau. De tuyau en tuyau elles échouent dans les stations d'épuration. Trop petits, ils passent entre leurs mailles et terminent dans les eaux douces et salées. Lors des Initiatives océanes de 2014, les bénévoles en avaient ramassé 37 000 au bord des laces, fleuves d'Europe.

Et les mégots l'an dernier ? 65 000 ! Les emballages alimentaires ? 41 000 ! Et les microbilles plastique issues des produits cosmétiques ? Impossibles de les compter ! Ces microbilles jouent le rôle de particules exfoliantes dans les crèmes de gommage pour le visage ou le corps. Mais pas plus que les cotons-tiges, elles sont biodégradables. Elles envahissent insidieusement les eaux qu'il faudrait passer au tamis serrer pour les en débarrasser ! « Une pollution quasi-invisible dans l’eau mais bien réelle, d’autant plus qu’elles peuvent avoir un impact direct sur notre alimentation. Ingérées par les animaux marins et tout aussi peu dégradables que le reste des matières plastiques, elles peuvent en effet remonter l’intégralité de la chaîne alimentaire jusqu’à notre assiette ! » explique Surfrider.

Les Initiatives océanes sont justement cette année l'occasion pour les bénévoles de la fondation de sensibiliser le grand public qui viendra aux différentes opérations de nettoyages de plages et de berges au Pays Basque et ailleurs. Des opérations organisées par des particuliers ou des associations. Telle à Hendaye demain par le Cpie Littoral basque, sur les berges de la Nive par UDE, Ustaritz défendre l'environnement...

Et de leur dire : ne jetez plus vos mégots dans les rues, les cotons-tiges dans les toilettes, les emballages alimentaires dans les champs. Et renseignez-vous sur les cosmétiques de gommage que vous utilisez...

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement