xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Gaia ouvre une maison close pour chats en Belgique


Samedi 1 Février 2014


Un hôtel bruxellois transformé en bordel félin ? C’est le spectacle qu’affiche la façade du Crowne Plaza à Bruxelles. Des fenêtres où des chattes se trémoussent dans l’attente du client.




Gaia ouvre une maison close pour chats en Belgique
Il reste un jour aux Bruxellois pour découvrir cet étrange spectacle. Spectacle est bien le mot, monté de toutes pièces par l’association de protection animale belge Gaia. Un comble pour une association d’ouvrir une maison close pour chats !

Sur la façade de l’hôtel, passent des images animées : fenêtres allumées au néon, des ombres de chats langoureuses, différentes chambres laissant entrevoir une activité sexuelle féline explique Gaia. L’animation termine sur un message : Les chats ont beaucoup trop de partenaires et trop de petits. Faites stériliser vos chats ! »

31 434 chats abandonnés dans les refuges belges, 11 208 euthanasiés !

En fait, Gaia a voulu réveiller les esprits sur la surpopulation féline dans son pays. Les refuges belges ont accueilli pas moins de 31 434 chats en 2012 ! Impossible de tous les placer en familles ni de tous les garder dans leurs structures. Ce qui conduit les structures à faire des choix fatals : l’euthanasie. En 2013, la mort programmée a fauché 11 208 félins. Plus d’un tiers des animaux recueillis !

Pour rompre ce cercle vicieux, Gaia ne voit qu’une solution : la stérilisation de tous les chats. Même des chats des particuliers. u cours de sa vie, une chatte non stérilisée mettra donc au monde une centaine de chatons

« Chez les chats, 1+1 = 6 et ce deux à trois fois par an, relève Michel Vandenbosch, président de Gaia. Avec cette campagne, nous souhaitons faire comprendre de manière claire que les chats ont trop de petits et que c’est aux propriétaires de faire en sorte qu’il n’engendrent pas une descendance vouée à l’abandon ou à l’euthanasie. La situation doit évoluer, et rapidement ! »

La Belgique a adopté un plan chat initié par le ministre en charge du bien-être animal qui demande l’identification et la vaccination des chats adoptés dans les refuges et achetés auprès des éleveurs. Il prévoyait aussi la stérilisation de tous les chats dès 2016, mais cette dernière mesure a été abandonnée en chemin. Gaia demande donc au ministre Laurette Onkelinx et au Gouvernement fédéral de revoir sa copie et remettre la stérilisation féline au cœur de la loi.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement