xoriburu.info
Zooms

Gaïa dénonce la souffrance des chevaux roumains destinés à la boucherie


Mardi 30 Juillet 2013


Après une enquête en Roumanie ce printemps sur le commerce des chevaux destinés à la boucherie, l'association de protection animale belge Gaïa part en campagne en Belgique et interpelle les chaînes de supermarchés.




« Les supermarchés ont le devoir moral à l'égard du consommateur de ne pas vendre de viande chevaline si le bien-être animal n'est pas assuré », explique Ann De Greef, la directrice de l’association belge de protection animale GAIA. Continuer à vendre ou acheter de la viande de chevaux argentins ou roumains, c'est entretenir la souffrance animale. »

Dès aujourd’hui, Gaïa part en tournée. D’ Anvers, son équipe se rendra dans dix autres villes de Wallonie et de Flandre, ainsi qu'à Bruxelles. Elle veut y sensibiliser les consommateurs belges sur la souffrance que doivent endurer les chevaux d'Argentine et de Roumanie avant d'arriver dans leur assiette. Une campagne sur le terrain qui s'ajoute à une lettre adressée aux chaînes Colruyt et Carrefour.

Gaïa a mené une enquête en Roumanie ce printemps qui dénoncent la maltraitance des chevaux

Maltraitance des chevaux roumains qui se retrouvent dans les assiettes des consommateurs belges. Telle est la conclusion de l'enquête que l'association a menée en mai 2013 en Roumanie. Pays principal fournisseur de l'Union européenne en viande chevaline selon Gaïa.

« Les images tournées sont choquantes : elles montrent des chevaux et des ânes émaciés et négligés, des chevaux battus brutalement au fouet... , dénonce Gaia. Les équidés, utilisés pour les travaux agricoles et pour le transport, sont transportés vers l’abattoir dans des remorques inadaptées, souvent sans protection contre les conditions météorologiques extrêmes. Le chargement des animaux s'accompagne également d'une grande violence. »

Et l'ong d'ajouter : « Les enquêteurs ont également filmé la méthode employée par les marchands pour tester la force des équidés : ils les obligent à tirer des blocs de béton ou des charrettes aux roues bloquées. En 2010 et 2011, l’ong avait déjà révélé les terribles conditions de vie des chevaux mexicains, brésiliens et argentins, destinés à la consommation belge. »

« Contrairement aux bovidés, dont les lieux de naissance, d'élevage et d'abattage sont connus, la traçabilité de la viande chevaline d'Argentine et de Roumanie se limite à l'abattoir. Il n'y a pas de contrôle réalisé en amont. Les supermarchés peuvent-ils se permettre de continuer à vendre de la viande de chevaux dont l'origine ne peut pas être retrouvée ? »

GAIA interpelle les supermarchés et leur demande de suivre l'exemple de Lidl qui a cessé de vendre de viande chevaline tant que suffisamment de garanties sur le bien-être animal ne pourront être fournies.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Zoom

Abandons : We are the champions

Les années passent et rien ne change : les abandons de chiens, chats, lapins... flirtent toujours les 100 000. La fondation 30 millions d'amis repart en campagne cet été dans une vidéo marquée par la célèbre chanson de Queen, We are the champions.

21/06/2019





Partager votre site


La puce à l'oreille
12/07/2019

Isolation à 1 euro, c'est peut-être l'anarque

Isoler son logement pour un euro ? C'est l'un des mirages que proposent des sociétés de démarchage téléphonique. Attention à l'arnaque prévient le Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques en des termes plus jolis. Et ces sociétés n'hésitent pas à se dire mandatées par le Département... « Face à ces pratiques commerciales trompeuses, voire agressives, le Département invite ainsi les propriétaires à prendre le temps avant de s’engager ou de signer des contrats. Certaines isolations employées sont loin d’être efficaces et peuvent s’avérer dangereuses pour vous et votre logement. » Mieux vaut contacter la Mission Habitat du Conseil pour toute information et conseil au 05.59.11.44.23 ou les Espaces Info Energie Béarn (05.59.14.60.64) et Pays Basque (05.59.46.31.60).


On marche sur la tête !

La recherche agro-alimentaire n'a pas renoncé aux vaches à hublot

Ce sont encore des images choc que l'association L214 Ethique et Animaux a dévoilées ce matin. Vaches, le corps perforé, veaux enfermés dans des box exigus, poulets trop gros pour marcher... Cette fois-ci, la caméra plonge dans les excès d'un centre de recherche nutritionnelle pour l'élevage.



Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement