xoriburu.info
Eko-société

Faut-il cesser de tuer les animaux pour se nourrir ?


Vendredi 4 Novembre 2016


Quelle agriculture dans mon panier ? Si Lurrama a bien une idée, le salon qui se tient à Biarritz ce week-end invite les visiteurs à se pencher sur la question. Lors d'une conférence, l'on débattra d'un sujet d'avenir : faut cesser de tuer les animaux pour se nourrir ?




Une nouvelle fois, le salon Lurrama revient à la halle d'Iraty à Biarritz ce week-end. L'occasion de rencontrer les paysans locaux engagés dans des démarches dynamiques, goûter leurs marchandises et discuter de l'avenir.

Le thème cette année est Quelle agriculture dans notre panier ? Comment se fournir toute l'année en produits locaux et de qualité? Pourquoi soutenir les paysans? Paysans et consommateurs, nous pouvons tous participer à construire un nouveau modèle de société!. Une série de conférence permettra justement d'en discuter.

Conférences

VENDREDI 4 NOVEMBRE
COMMENT UN TERRITOIRE S'ORGANISE T-IL POUR SE NOURRIR?
Vendredi 4 novembre à 15:00 - étage intermédiaire
Sylviane Alaux (Députée, Conseil des élus), Iker Elosegi (EHLG), Céline Porcheron (Anis étoilé, Auvergne), Franck Noël-Baron (Communauté de Communes Langeadois, Auvergne), Martine Bisauta (Conseil des élus), Alazne Intxauzpe (Etxalde)

L'ALIMENTATION, C'EST L'AFFAIRE DE TOUS!
Vendredi 4 novembre à 17:00 - étage intermédiaire
Conférence de Périco Légasse, parrain de Lurrama 2016 (journaliste, critique gastronomique) et Brigitte Allain (députée, syndicaliste paysanne)

"REGARDS SUR NOS ASSIETTES"
Vendredi 4 novembre à 19:00 - étage intermédiaire
Film de Pierre Beccu
Qu’y a-t-il dans nos assiettes? Comment les denrées sont-elles produites ? Où et dans quelles conditions ?

SAMEDI 5 NOVEMBRE
OU ACHETER MES PRODUITS LOCAUX? DES INITIATIVES CONCRÈTES
Samedi 5 novembre à 11:00 - étage intermédiaire
Table ronde avec: Aitzol Mendiola (Landare), Franck Laharrague (Otsokop), Andde Dubois (Collectif paysan Xixtroak), Mireille Douix (Association Arbre, Auvergne), Anne-Lise PLANTEFEVE (Conseil départemental 64).

FAUT-IL CESSER DE TUER DES ANIMAUX POUR SE NOURRIR?
Samedi 5 novembre à 15:30 - étage intermédiaire
Jocelyne Porcher (sociologue), Véronique Zenoni (vétérinaire), Mikel Hiribarren (ELB-Confédération Paysanne)


"DEMAIN"
Samedi 5 novembre à 18:00 - étage intermédiaire
Film de Cyril Dion et Mélanie Laurent
Partout dans le monde, des solutions existent.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


La côte basque en images

On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement