xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Exposition canine de Hasparren : le berger australien revient aux sources


Vendredi 26 Septembre 2014


Le 5 octobre prochain, Hasparren accueille 590 chiens pour une exposition nationale organisée par l'association canine des Pyrénées-Atlantiques. Parmi eux, des bergers australiens qui ont pour lointain aïeul le berger basque ! Retour aux sources.




Le berger australien est une aide précieuse à la conduite de troupeaux ©V.B.
Le berger australien est une aide précieuse à la conduite de troupeaux ©V.B.
Sur les quatorze juges que l'exposition accueille, trois sont de nationalité espagnole. C'est toujours intéressant pour les éleveurs de se confronter à des juges étrangers. Ces derniers sont parfois un peu plus sévères et noteront très bon plutôt qu'excellent. Mais il ne faut pas leur en vouloir : ils jugent comme dans un championnat, explique Martin Lagarde de l'association canine des Pyrénées-Atlantiques qui organise le 5 octobre prochain son exposition annuelle.

Agil 4 Pat d'Anglet organise un concours d'agility

590 chiens sont attendus pour le concours toutes catégories confondues ©V.B.
590 chiens sont attendus pour le concours toutes catégories confondues ©V.B.
La frontière n'est pas loin : il n'y a pas que des juges qui la traversent du sud au nord. « L'exposition attire beaucoup de propriétaires espagnols. Ils sont très fiers de leurs chiens et sont prêts à faire des kilomètres pour participer à des concours. Comme nous d'ailleurs. Ils sont d'un excellent niveau et généralement sur les dix chiens qui restent en lice pour notre finale, quatre viennent de l'autre côté des Pyrénées » poursuit Martin Lagarde.

Mais cette année, les éleveurs espagnols seront moins nombreux. De fait, manque de chance pour les organisateurs de l'exposition de Hasparren, le même jour se déroulera le championnat d'Espagne.

L'association fait bon cœur mauvaise fortune. Les inscriptions sont closes : 590 chiens sont inscrits pour le concours dans toutes les catégories. Et 75 équipages sont annoncés pour le concours d'aglity organisé par Agil 4 Pat d'Anglet. « Ce n'est pas mal, estime le représentant de l'association canine. Une centaine de chiens sont attendus pour la confirmation au Livre des origines françaises. Mais là les inscriptions restent ouvertes : on peut se présenter le dimanche matin, directement sur place.  »

Le berger australien aurait pour lointain aïeul le berger basque

Précieuses coupes, sésames pour le championnat de France ©V.B.
Précieuses coupes, sésames pour le championnat de France ©V.B.
« Nous organisons quatre spéciales de race, dont l'une pour le berger australien, relève Martin Lagarde. Et vous savez que le chien berger australien a pour ancêtre un chien berger basque ! Il fut un temps où des conducteurs de moutons d'ici ont migré en Australie pour y travailler. Avec leurs chiens bien sûr dont ils ne se séparaient pas. Puis d'Australie, ils sont partis aux Etats-Unis. »

C'était dans les années 1800 ou 1900 suivant les sources américaines ou françaises. Les bergers australiens s'installent sur la côte ouest d'abord. Avec leurs chiens dont les aieux avaient foulé la montagne basque. Puis les éleveurs américains de moutons ou de vaches s'intéressent à ces petits chiens étrangers vifs, obéissants, résistants et durs au travail... De fil en aiguille, dans les ranches, ces chiens connaissent un réel succès.

Puis chiens d'utilité, ils quittent les fermes pour les cités et deviennent animaux de compagnie. Les Américains décident d'établir les standards de la race, à laquelle ils donnent le nom de berger australien. Mieux connue sous le surnom de "aussie". C'est vers 1988 que les premiers bergers australiens posent leur empreinte en France. Le 5 octobre prochain, ils seront de retour dans le pays de leurs aïeux.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement