xoriburu.info
Ecosystèmes

Eole poussera des pointes à cent km/heure sur la côte basque


Mardi 26 Décembre 2017


Alerte météorologique sur la côte basque : des vents à plus de cent kilomètres/heure sont attendus demain. Mieux vaut éviter d'aller pointer son nez au bord du littoral. Biarritz fermera ses plages.




C'est toujours joli un océan démonté qui plie sous des rafales de vent à plus de cent kilomètres/ heure. Mais on peut y laisser sa peau. Pour prévenir les imprudences, certaines communes ont pris les devants et fermeront l'accès du bord de mer jusqu'à demain soir. "De plus, et ce malgré un faible coefficient de marée, les très fortes vagues attendues le 27 décembre prochain sur nos côtes, représentent un risque significatif pour les usagers de la plage", prévient la mairie.

La ville impériale interdira ainsi l’accès à ses plages deux heures avant et 2heures après chaque marée haute, et les lieux sensibles ci-dessous seront fermés au public :
- Le Phare,
- La Promenade Plage Miramar
- La Promenade Winston Churchill (sous Hôtel du Palais)
- Quai de la Grande Plage
- Parvis Sud du Casino, Bd du Général de Gaulle
- Rocher du Basta
- Digue du Port des Pêcheurs
- Perspective du Rocher de la Vierge
- Niveau Bas du Port Vieux (promenade inférieure)
- Place Baléa (au dessus de la plage du Port Vieux)
- Boulevard Prince de Galles (Côte des Basques)

Le littoral ne sera pas le seul lieu à éviter. Sous la force du vent, les forêts peuvent y perdre leurs bois. Kasu !

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Février 2018 - 14:59 Biarritz aime la glisse, même sous la neige

Mercredi 21 Février 2018 - 17:16 Après les pluies, le soleil


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement