xoriburu.info
Les animaux de nos mers et rivières

Elle court, elle court l'écrevisse de Louisiane en Pays Basque (2/2)


Jeudi 4 Juillet 2013


Des écrevisses de Louisiane au Pays Basque ? Tangi Le Moal, chargé de secteur Pays Basque et Landes et Alionka Boiché chargée de mission sur le Pays Basque, tous deux au sein du Conservatoire des espaces naturels Aquitaine sont en première ligne pour constater les débuts de l'invasion de ce fléau.




Les écrevisses fouillent la vase du fond des cours d'eau mettant en suspension la matière organique ©V.B.
Les écrevisses fouillent la vase du fond des cours d'eau mettant en suspension la matière organique ©V.B.
Le Conservatoire des espaces naturels Aquitaine protège et gère 75 sites naturels en Aquitaine, dont 12 au Pays Basque. Parmi ces derniers des zones humides et des étangs. Sur le site de Xurrumilatx à Arcangues, l'écrevisse de Louisiane a colonisé les eaux. Son propriétaire Michel Guilhou, en partenariat avec le CEN Aquitaine, a entamé un bras de fer avec cette espèce invasive et tous les deux jours va relever la vingtaine de pièges pleines de ses ennemis. Point avec Alionka Boiché et Tangi Le Moal sur les autres sites.

Alionka Boiché et Tangi le Moal s'alarment de la présence de l'écrevisse de Louisiane ©V.B.
Alionka Boiché et Tangi le Moal s'alarment de la présence de l'écrevisse de Louisiane ©V.B.
L’écrevisse de Louisiane avance à grand pas en France, a-t-elle colonisé les sites gérés par le CEN au Pays Basque ?

Seul le site de Chourroumillas (Xurrumilatx) est infesté. La réserve naturelle d'Errota Handia située à trois kilomètres à vol d'oiseau mais se trouvant sur le bassin versant de l'Uhabia est indemne. La semaine dernière j'ai posé des nasses afin de contrôler la présence d'écrevisses, les résultats sont négatifs. Aucune écrevisse capturée ! Il est certain qu'elles ont déja colonisé le bassin de l'Uhabia, mais elles ne sont pas remontées jusqu’à la RNR. L'écrevisse est très mobile ; elle peut donc coloniser rapidement un nouveau milieu.


Quels sont les dégâts provoqués par cette espèce exotique ?

Dans les milieux où elles s'implantent, les écrevisses se nourrissent de la végétation aquatique. Puis quand celle-ci vient à manquer, elles s'attaquent aux macro invertébrés, aux têtards, aux petits poissons puis aux hélophytes. La végétation aquatique est essentielle pour la reproduction des poissons : ce sont des zones de cache des poissons et de reproduction des odonates. Lorsque l’écrevisse est présente, l'équilibre du milieu est bouleversé et il s’appauvrit. Les odonates ne trouvent plus les herbiers nécessaires à leur reproduction.

En manque d'oxygène, les odonates, ici une demoiselle, disparaissent des sites infestés par les écrevisses de Louisiane ©V.B.
En manque d'oxygène, les odonates, ici une demoiselle, disparaissent des sites infestés par les écrevisses de Louisiane ©V.B.
La perte de la végétation aquatique entraîne des pertes d'oxygénation de l'eau et les matières organiques ne sont pas transformées. Les écrevisses fouillent la vase du fond des cours d'eau mettant en suspension la matière organique, réduisant ainsi la pénétration de la lumière nécessaire aux être vivants chlorophylliens. Ensuite les écrevisses creusent de très longues galeries qui fragilisent les berges et les ouvrages, la terre qu'elles enlèvent des berges augmente d'autant plus la turbidité de l'eau. Plus de turbidité donc moins de lumière, moins de végétaux donc une perte en oxygène de l'eau.


Quelles sont les conséquences ?

Tout l'équilibre de l'écosystème est perturbé. Moins d'oxygène, et les espèces les plus sensibles comme les odonates disparaissent. La ressource alimentaire diminue donc pour les poissons et les oiseaux venant se nourrir de ces espèces. S’il n’y a plus de ressources, ces espèces vont disparaître à leur tour...

.


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 16:58 Un globicéphale échoué à Bidart


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement