xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Elections générales en Espagne : les animaux donnent de la voix


Lundi 21 Novembre 2011


Depuis quelques années les animaux s’immiscent dans la politique espagnole. Des femmes et des hommes veulent faire entendre leurs voix dans les conseils municipaux, régionaux. Et encore plus récemment aux Congrès des députés et au Sénat. Pas seulement le mugissement des taureaux. Mais le cri de tous les animaux. Sauvages ou domestiques. Un parti s’est même créé autour d’eux, le Pacma (Partido animalista contra el maltrato animal, ex Partido anti taurino). Un second, Equo, leur consacre un chapitre de son programme. L’un et l’autre ont présenté des candidats aux élections générales pour le Congrès des députés et le Sénat.




Des animaux sur des affiches électorales ? Oui, à Hondarribia, au Pays Basque et en Espagne ©xoriburu.info
Des animaux sur des affiches électorales ? Oui, à Hondarribia, au Pays Basque et en Espagne ©xoriburu.info
« Animaliek axola dutelako » ou « Porque los animales importan ». Au-dessus des slogans, la photos d’un chien ou d’un taureau. A Fontarabie, les affiches ont pu étonner certains touristes étrangers. Pourquoi ont-elles tutoyé les affiches du PSOE (Parti socialiste espagnol), du PP (Partido Popular) ou celles encore d’Amaiur sur les panneaux électoraux de ce dimanche 20 novembre ?

Tout simplement parce que, outre Pyrénées, les animaux ont trouvé leur parti. Un parti qui veut faire entendre leur voix. Pas simplement le mugissement des taureaux de corrida. Mais les aboiements des chiens, le feulement des tigres…et le silence des agneaux. Ce parti a pour nom Partido animalista contra el maltrato animal.

Créé en 2003, le Pacma a présenté des candidats aux élections municipales, régionales…et générales ce week-end. Il a mobilisé ses troupes dans 46 circonscriptions électorales sur 48. En 2008, il obtint 44 795 votes au Congrès et plus de 132 077 votes au Sénat.



35,7 millions d'Espagnols ont été appelés aux urnes hier  ©xoriburu.info
35,7 millions d'Espagnols ont été appelés aux urnes hier ©xoriburu.info
Pour les élections générales de ce dimanche, le Pacma a bien sûr articulé son programme électoral autour de la protection de tous les animaux. Jusqu’au-boutisme : interdiction de tout spectacle utilisant des animaux (cirques, aquariums), de la tauromachie, de l’expérimentation animale en développant les méthodes alternatives, de la chasse… Le parti aurait obtenu 100 000 votes au Congrès des députés selon un communiqué publié dimanche vers 23h40 sur son site. Ces votes ne lui permettent pas une représentation dans l’hémicycle.

Le programme électoral du parti écologiste Equo est lui aussi sans équivoque. Il inscrit noir sur blanc les droits des animaux dans son chapitre VI du volet développement durable. En termes moins abrupts que ceux du Pacma.

Equo a présenté des candidats aux élections du 20-N dans 43 circonscriptions électorales. Il aurait obtenu quelque 250 000 votes aux élections au Congrès. Il aurait ainsi un représentant dans l’hémicycle. A Valence, le parti a fait alliance avec la coalition valencienne Compromis et les Verts. C'est ce candidat qui a été élu et le représentera donc.

Les animaux ont déjà été sujets de vifs débats aux Cortès, le Congrès des députés. Comme au Sénat. Si les principaux partis politiques n'ont pas inscrit leurs droits à leurs programmes, leurs électeurs les ont déjà interpellés sur ce thème-là. Mais c'est la première fois que nos amis les bêtes auraient une voix au Congrès.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 8 Avril 2018 - 19:58 Les chats prennent la boîte à la Ficoba

Mardi 16 Août 2016 - 18:36 Au chaud les Moineaux


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement