xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Elections générales en Espagne : les animaux donnent de la voix


Lundi 21 Novembre 2011


Depuis quelques années les animaux s’immiscent dans la politique espagnole. Des femmes et des hommes veulent faire entendre leurs voix dans les conseils municipaux, régionaux. Et encore plus récemment aux Congrès des députés et au Sénat. Pas seulement le mugissement des taureaux. Mais le cri de tous les animaux. Sauvages ou domestiques. Un parti s’est même créé autour d’eux, le Pacma (Partido animalista contra el maltrato animal, ex Partido anti taurino). Un second, Equo, leur consacre un chapitre de son programme. L’un et l’autre ont présenté des candidats aux élections générales pour le Congrès des députés et le Sénat.




Des animaux sur des affiches électorales ? Oui, à Hondarribia, au Pays Basque et en Espagne ©xoriburu.info
Des animaux sur des affiches électorales ? Oui, à Hondarribia, au Pays Basque et en Espagne ©xoriburu.info
« Animaliek axola dutelako » ou « Porque los animales importan ». Au-dessus des slogans, la photos d’un chien ou d’un taureau. A Fontarabie, les affiches ont pu étonner certains touristes étrangers. Pourquoi ont-elles tutoyé les affiches du PSOE (Parti socialiste espagnol), du PP (Partido Popular) ou celles encore d’Amaiur sur les panneaux électoraux de ce dimanche 20 novembre ?

Tout simplement parce que, outre Pyrénées, les animaux ont trouvé leur parti. Un parti qui veut faire entendre leur voix. Pas simplement le mugissement des taureaux de corrida. Mais les aboiements des chiens, le feulement des tigres…et le silence des agneaux. Ce parti a pour nom Partido animalista contra el maltrato animal.

Créé en 2003, le Pacma a présenté des candidats aux élections municipales, régionales…et générales ce week-end. Il a mobilisé ses troupes dans 46 circonscriptions électorales sur 48. En 2008, il obtint 44 795 votes au Congrès et plus de 132 077 votes au Sénat.



35,7 millions d'Espagnols ont été appelés aux urnes hier  ©xoriburu.info
35,7 millions d'Espagnols ont été appelés aux urnes hier ©xoriburu.info
Pour les élections générales de ce dimanche, le Pacma a bien sûr articulé son programme électoral autour de la protection de tous les animaux. Jusqu’au-boutisme : interdiction de tout spectacle utilisant des animaux (cirques, aquariums), de la tauromachie, de l’expérimentation animale en développant les méthodes alternatives, de la chasse… Le parti aurait obtenu 100 000 votes au Congrès des députés selon un communiqué publié dimanche vers 23h40 sur son site. Ces votes ne lui permettent pas une représentation dans l’hémicycle.

Le programme électoral du parti écologiste Equo est lui aussi sans équivoque. Il inscrit noir sur blanc les droits des animaux dans son chapitre VI du volet développement durable. En termes moins abrupts que ceux du Pacma.

Equo a présenté des candidats aux élections du 20-N dans 43 circonscriptions électorales. Il aurait obtenu quelque 250 000 votes aux élections au Congrès. Il aurait ainsi un représentant dans l’hémicycle. A Valence, le parti a fait alliance avec la coalition valencienne Compromis et les Verts. C'est ce candidat qui a été élu et le représentera donc.

Les animaux ont déjà été sujets de vifs débats aux Cortès, le Congrès des députés. Comme au Sénat. Si les principaux partis politiques n'ont pas inscrit leurs droits à leurs programmes, leurs électeurs les ont déjà interpellés sur ce thème-là. Mais c'est la première fois que nos amis les bêtes auraient une voix au Congrès.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2019 - 10:30 Le Desman, animal secret des Pyrénées


Nouveau commentaire :
Twitter


On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images


La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement