xoriburu.info
Coin des arts

Ecologique dans sa mort


Mercredi 7 Mai 2014


Peut-on rester écologique jusqu'au bout ? Jusque dans sa mort et ses obsèques ? La question n'est pas si incongrue qu'elle paraît. Dans un petit livre Je veux des funérailles écologiques, Lætitia Royant se penche sur le sujet.




Ecologique dans sa vie. Et dans sa mort ? Comment rester fidèle à ses principes de vie une fois décédé ? C'est la question que s'est posée Lætitia Royant et dans un petit livre, pas si incongru, l'auteur livre quelques pistes pour y parvenir.


L'incinération n'est pas si écologique

C'est à la suite du décès de son père et l'organisation de ses funérailles que Lætitia Royant s'est plongé dans le monde complexe des cérémonies funéraires. En tête : préparer ses propres obsèques. Des obsèques en harmonie avec la vie qu'elle mène : écologique.

L'incinération est-elle plus écologique que l'inhumation ? Les corps défunts polluent-ils la terre ? Les cercueils et urnes funéraires ont-ils un impact sur notre environnement ? Des questions a priori que l'on se pose peu. L'auteure l'a fait tout simplement.

L'incinération écologique ? C'est une idée toute reçue ! Elle libère son lot de gaz. Oui, les corps que la vie a quitté ont un impact sur l'environnement. Et les habits qu'ils porteront dans leur ultime demeure aussi. Et encore oui, les cercueils ou les urnes peuvent se révéler néfastes à l'environnement. Pourquoi ? Et comment peut-on l'éviter s'il l'on veut vivre en accord avec ses principes écologiques ?

Lætitia Royant ne se contente pas de pointer du doigt les pollutions que des obsèques traditionnelles génèrent. Elle a cherché des alternatives, les plus écologiques possibles aujourd'hui et les propose à la lecture dans son petit guide Je veux des funérailles écologiques (1): des cercueils en carton, des vêtements mortuaires en fibre naturelle ou bio... L'auteure ira jusqu'à suggérer quelques cérémonies d'adieux qui sortent des sentiers battus.

(1) Auto-édité et tiré à deux cents exemplaires - 4 euros

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 31 Octobre 2016 - 19:36 Le Jardin public est tombé sur un os


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement