xoriburu.info
Coin des arts

Ecologique dans sa mort


Mercredi 7 Mai 2014


Peut-on rester écologique jusqu'au bout ? Jusque dans sa mort et ses obsèques ? La question n'est pas si incongrue qu'elle paraît. Dans un petit livre Je veux des funérailles écologiques, Lætitia Royant se penche sur le sujet.




Ecologique dans sa vie. Et dans sa mort ? Comment rester fidèle à ses principes de vie une fois décédé ? C'est la question que s'est posée Lætitia Royant et dans un petit livre, pas si incongru, l'auteur livre quelques pistes pour y parvenir.


L'incinération n'est pas si écologique

C'est à la suite du décès de son père et l'organisation de ses funérailles que Lætitia Royant s'est plongé dans le monde complexe des cérémonies funéraires. En tête : préparer ses propres obsèques. Des obsèques en harmonie avec la vie qu'elle mène : écologique.

L'incinération est-elle plus écologique que l'inhumation ? Les corps défunts polluent-ils la terre ? Les cercueils et urnes funéraires ont-ils un impact sur notre environnement ? Des questions a priori que l'on se pose peu. L'auteure l'a fait tout simplement.

L'incinération écologique ? C'est une idée toute reçue ! Elle libère son lot de gaz. Oui, les corps que la vie a quitté ont un impact sur l'environnement. Et les habits qu'ils porteront dans leur ultime demeure aussi. Et encore oui, les cercueils ou les urnes peuvent se révéler néfastes à l'environnement. Pourquoi ? Et comment peut-on l'éviter s'il l'on veut vivre en accord avec ses principes écologiques ?

Lætitia Royant ne se contente pas de pointer du doigt les pollutions que des obsèques traditionnelles génèrent. Elle a cherché des alternatives, les plus écologiques possibles aujourd'hui et les propose à la lecture dans son petit guide Je veux des funérailles écologiques (1): des cercueils en carton, des vêtements mortuaires en fibre naturelle ou bio... L'auteure ira jusqu'à suggérer quelques cérémonies d'adieux qui sortent des sentiers battus.

(1) Auto-édité et tiré à deux cents exemplaires - 4 euros

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 31 Octobre 2016 - 19:36 Le Jardin public est tombé sur un os


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement