xoriburu.info
Coin des arts

Ecologique dans sa mort


Mercredi 7 Mai 2014


Peut-on rester écologique jusqu'au bout ? Jusque dans sa mort et ses obsèques ? La question n'est pas si incongrue qu'elle paraît. Dans un petit livre Je veux des funérailles écologiques, Lætitia Royant se penche sur le sujet.




Ecologique dans sa vie. Et dans sa mort ? Comment rester fidèle à ses principes de vie une fois décédé ? C'est la question que s'est posée Lætitia Royant et dans un petit livre, pas si incongru, l'auteur livre quelques pistes pour y parvenir.


L'incinération n'est pas si écologique

C'est à la suite du décès de son père et l'organisation de ses funérailles que Lætitia Royant s'est plongé dans le monde complexe des cérémonies funéraires. En tête : préparer ses propres obsèques. Des obsèques en harmonie avec la vie qu'elle mène : écologique.

L'incinération est-elle plus écologique que l'inhumation ? Les corps défunts polluent-ils la terre ? Les cercueils et urnes funéraires ont-ils un impact sur notre environnement ? Des questions a priori que l'on se pose peu. L'auteure l'a fait tout simplement.

L'incinération écologique ? C'est une idée toute reçue ! Elle libère son lot de gaz. Oui, les corps que la vie a quitté ont un impact sur l'environnement. Et les habits qu'ils porteront dans leur ultime demeure aussi. Et encore oui, les cercueils ou les urnes peuvent se révéler néfastes à l'environnement. Pourquoi ? Et comment peut-on l'éviter s'il l'on veut vivre en accord avec ses principes écologiques ?

Lætitia Royant ne se contente pas de pointer du doigt les pollutions que des obsèques traditionnelles génèrent. Elle a cherché des alternatives, les plus écologiques possibles aujourd'hui et les propose à la lecture dans son petit guide Je veux des funérailles écologiques (1): des cercueils en carton, des vêtements mortuaires en fibre naturelle ou bio... L'auteure ira jusqu'à suggérer quelques cérémonies d'adieux qui sortent des sentiers battus.

(1) Auto-édité et tiré à deux cents exemplaires - 4 euros

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 31 Octobre 2016 - 19:36 Le Jardin public est tombé sur un os



Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site




La côte basque en images



On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

09/10/2019

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement