xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Eco'Vie : l'exigence du bio


Samedi 29 Janvier 2011


Parmi ses exposants, Eco'Vie accueille pour la première fois les producteurs biologiques d'Esukadi. Rencontre avec Asier, qui avec son frère Iker, mènent un troupeau de 250 brebis latxa à tête noire à quelques kilomètres de Bilbao. Du lait de leur troupeau, ils fabriquent du fromage au lait cru.




Eco'Vie : l'exigence du bio
« Nos brebis ne restent pas confinées dans des stabulations : elles sortent tous les jours dans les pâturages, explique Asier. Elles se nourrissent d’herbes, et si nous devons compléter cette alimentation naturelle, nous le faisons avec des céréales issues de l’agriculture biologique, de notre exploitation ou de fermes proches. » Asier et son frère Iker sont installés en Biscaye, à vingt kilomètres au sud-ouest de Bilbao. Ils dirigent un troupeau de 235 brebis latxa à tête noire. Une race locale, adaptée au terroir qu’elle foule.

Dans le troupeau, 150 brebis ont vocation à produire du lait que les deux frères transformeront en fromage, estampillé « biologique ». C’est auprès des magasins spécialisés que leur production trouve ses débouchés commerciaux. « Nos fromages ont au moins deux mois avant d’être commercialisés. Ceux qui nous présentons sur le salon ont été fabriqués en avril dernier. Ils ont une saveur différente des plus jeunes ; il faut savoir contenter tous les palais. »

En Euskadi, l’agriculture biologique représentait il y a un an 1484 hectares, soit 0,4% de la superficie des terres à destination agricole. 244 personnes et/ou entreprises parmi lesquelles 96 engagées dans la production de fruits, 41 dans l’élevage bovin, 23 dans les céréales et cultures extensives (en Alava), 21 dans l’élevage ovin, 20 dans la vigne… et 8 dans la production de lait, fromage et dérivés lactés. Cette agriculture est sous l’égide du Conseil de l’agriculture et de l’alimentation d’Euskadi, Eneek. Eneek présente pour la première fois aux côtés des autres producteurs bio à Eco’Vie.

« Nos brebis nous donnent 90 litres de lait par an, poursuit Asier dont les parents possèdent une ferme en Alava. Sur une période de cinq mois. De mars à juin. Elles n’agnèlent qu’une fois par an. Notre production annuelle de lait se situe ainsi entre 1000 et 1200 litres. » Ainsi que tout agriculteur biologique, Asier et Iker respectent dans leur ferme le règlement européen 834/2007 du Conseil du 28 juin 2007 relatif à la production biologique et à l'étiquetage des produits biologiques. Un règlement que tous les pays membres de l'Union ont transposé en droit interne. Les normes européennes encadrent ainsi le bien-être des animaux, leur alimentation… et les soins vétérinaires dont ils peuvent être l’objet.

« Nous ne vaccinons pas nos animaux, nous les soignons avec des produits homéopathiques. Nous ne leur administrons pas d’antibiotiques » confirme ainsi l’éleveur biscayen qui ajoute : « Moi et mon frère avons choisi l’agriculture biologique par conviction personnelle. Nous ne voulons intoxiquer personne. »

Outre leur fromage, les deux frères vendent des agneaux de lait. « Sans le label bio. Nos clients connaissent la qualité de nos produits. » Et de la laine puisque les brebis, comme il se doit, sont tondues. « Mais cette année, nous n’en avons pas vendue. Faute d’acquéreurs à un prix juste. » Asier affirme qu’il préférera la donner…

A Eco’Vie, Asier présente une autre production, du txakoli, aussi bio que ses fromages. Son vin porte la dénomination d’origine Biskaia. « Le txakoli est un vin uniquement produit en Euskadi » rappelle-t-il. Le txakoli est devenu pomme de discorde aujourd’hui outre-Pyrénées. Certains vins blancs produits hors de la communauté autonome sont vendus sous ce nom. Or ce terme ne devrait être associé qu’à trois dénominations d’origine : Biskaia, Getaria et Alava. Les autorités basques sont résolues de les défendre contre vents et marées.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2019 - 10:30 Le Desman, animal secret des Pyrénées


Nouveau commentaire :
Twitter


On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images


La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement