xoriburu.info
Coin des arts

Donosti enterre sa sardine de son carnaval lundi


Samedi 6 Février 2016


Saint-Sébastien, capitale européenne de la culture, bat au rythme de son carnaval depuis ce jeudi 4 février. Lundi soir, après le défilé qui s'ébranlera à 19 heures enterrera sa sardine, ou plutôt la brulera. Comme on brule ailleurs Zan Pantzar.




C'est une sardine qui en sonnera la fin du carnaval de Donosti lundi soir à 20h01. Ou plutôt son enterrement. L'ultime cérémonie sonnera le dernier moment de folie collective. La fin des festivités avant le mercredi des Cendres.

Les hispanophones appellent cet évènement l'enterrement de la sardine. Un enterrement que le peintre Goya immortalisa dans un petit tableau sur bois exotique. Il réalisa cette œuvre nommée L'enterrement de la sardine entre 1812 et 1814.

A Saint-Sébastien, l'effigie part en fumée, brûlée par les flammes purificatrices.

Pourquoi une sardine ? Les réponses sont aussi loufoques que le carnaval. On évoque un chargement de sardines à Madrid que le roi Charles III fit enterrer. Le chargement était vicié. On raconte l'histoire de ces étudiants madrilènes qui au XIXe siècle se rassemblaient devant la Farmacia de San Antón et défilaient, une sardine en tête. Un poisson qui annonçait l'abstinence prochaine du carême.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 31 Octobre 2016 - 19:36 Le Jardin public est tombé sur un os


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement