xoriburu.info
Eko-société

Dire « yes » à Bidart


Lundi 9 Juillet 2012





Les demoiselles d'honneur attendent joyeusement la future mariée  ©DDL
Les demoiselles d'honneur attendent joyeusement la future mariée ©DDL
Il peut être branché de se marier religieusement en l’église de Bidart, le village basque sur la mer. C’est ce qu’a dû penser, Nigel Wray, président du célèbre club de rugby des Saracens de Londres, dont la fille avait épousé civilement en Angleterre le pilier international Tom Marcy, et qui a organisé la cérémonie religieuse à Bidart où il possède sa maison de vacances sur la falaise, près de la chapelle de la Madeleine.

Les garçons d'honneur ont accompagné le futur marié dans l'église ©DDL
Les garçons d'honneur ont accompagné le futur marié dans l'église ©DDL
Et quand les Britanniques se mettent en tête d’organiser un beau mariage, ils ne font pas les choses à moitié.

Cérémonie parfaitement réglée ave double bénédiction : catholique par Jean Bernard Haillet, curé de Bidart, anglicane par le révérend Stuart Owen spécialement venu de Londres.

Présence de garçons d’honneur style play boy, vêtus d’impeccables costumes bleu marine. Arrivée dans de grosses Mercedes de Demoiselles d’honneur ravissantes, habillées avec élégance de robes légères, et maniant le bouquet de fleurs avec une distinction toute britannique.

Elle dira bientôt dira Yes ©DDL
Elle dira bientôt dira Yes ©DDL
Et enfin arrivée en vedette américaine de la mariée, à bord d’une énorme Rolls Royce blanche.

Une mariée drapée dans une très belle robe blanche comme le Rolls dont la lourde traîne dut être aussitôt prise en main par les demoiselles d’honneur.

Un beau spectacle pour un samedi après-midi que les badauds bidartars ont apprécié à sa juste valeur. Comme les aubergistes avaient apprécié l’arrivée de centaines d’Anglais qui remplirent tous les hôtels de la commue et vidèrent tous les fûts de bière.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement