xoriburu.info
Zooms

Des oiseaux meurent à Roissy


Mardi 5 Mars 2013


Plus de mille animaux sauvages vivants saisis par les douanes françaises l'an denier. Un record de ces dix dernières années. Les animaux récupérés sont souvent confiés à des structures spécialisées. Reste les autres...




Reptiles, tortues, peaux d'ours bancs et oiseaux... Le trafic de la faune sauvage, vivante ou morte, ne s'arrête pas aux frontières françaises. Il y transite ou y écoule ses trophées. Les douanes françaises l'an dernier ont eu fort à faire pour lever les lièvres.

Car les trafiquants utilisent tous les stratagèmes pour passer en douce leurs précieuses marchandises. Ils les cachent dans leurs voitures, dans leurs valises, dans leurs poches... partout où ils pensent pouvoir passer les contrôles sans coup férir. Parfois leurs planques ne passent pas si inaperçues et les douaniers leur tombent dessus. C'est ainsi que l'an dernier ils ont saisi 1 109 animaux vivants. Le record de ces dix dernières années. Quant aux animaux naturalisés, ils en ont intercepté (50 en 2011).

Faute de soins, quatre oiseaux saisis auraient succombé dès le premier jour

Les animaux saisis vivants ont ainsi échappé aux mauvaises mains. Pour autant, le calvaire de certains d'entre eux n'est pas toujours terminé. Ainsi ces 62 oiseaux saisis par les douanes françaises à l'aéroport de Roissy le 27 février dernier. Selon la Ligue française pour le protection des oiseaux, ils voyageaient dans le sac d'un voyageur en provenance de Mexico et en escale à Roissy, avant de rejoindre Munich. Mais « les vétérinaires du PIF (Poste d’Inspection aux Frontières), qui ont mission d’assumer le suivi de ce type d’affaire, ne se sont même pas déplacés, selon les correspondants (voulant rester anonymes) qui ont alerté la LPO » a dénoncé la Ligue dans un communiqué vendredi.

Et la LPO d'ajouter : « Quelques heures plus tard, 4 oiseaux succombaient faute de soins, le lendemain soir, tous étaient morts sans boisson ni nourriture. Ce genre d’affaire n’est pas exceptionnelle ! L’année dernière, des dizaines d’oiseaux sont morts dans des conditions analogues. »

La LPO « demande, depuis plus de 5 ans, qu’un centre d’accueil (pour quarantaine) soit mis en place, comme c’est le cas dans de nombreux grands aéroports Européens. Elle a initié un projet dans ce sens, dans les anciennes chasses présidentielles de Marly le Roi, mais l’initiative reste en panne…. »

Allain Bougrain Dubourg, président de la LPO, a donc adressé un courrier à Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture et à Pierre Moscovici, ministre de l’Economie, « afin qu’une enquête soit diligentée dans les plus brefs délais et que des mesures soient prises pour que « l’agonie de Roissy », ne s’inscrive pas dans les mauvaises habitudes. »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement