xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Des milliers de palombes ont survolé le Pays Basque


Mardi 23 Octobre 2012


Alors que le soleil se levait ce matin dans un ciel laiteux sur la côte basque, des milliers de palombes ont franchi l'Adour. Par vagues successives, elles ont traversé villes et villages. Au lointain, des premiers tirs assourdis.




Les palombes mythiques sont aussi surnommées les oiseaux bleus du fait de leur plumage ©V.B
Les palombes mythiques sont aussi surnommées les oiseaux bleus du fait de leur plumage ©V.B
Neuf heures ce matin. Sur la côte basque, le soleil s'est levé dans un ciel bleuté. Quelques volutes blanches jettent une ombre sur ce bleu azur. La journée promet d'être belle : l'été indien est revenu d'un week-end assombri par des pluies incessantes.

La luminosité est émouvante de douceur. Le regard s'y perd lorsque, soudain, il est attiré par un mouvement à l'est de l'horizon. Une vague. Petite. Une petite vague de petits points noirs. Elle a survolé l'Adour. Elle prend le chemin des Pyrénées. Les oiseaux bleus?

Toutes les palombes ne migrent pas

Par vagues successives, les palombes sont passées sur le Pays Basque ©V.B
Par vagues successives, les palombes sont passées sur le Pays Basque ©V.B
Une seconde vague, puis une troisième... Plus proche pour l'une, plus lointaine pour l'autre. Leur vol ne saurait mentir : celles que l'on appelle les oiseaux bleus ont enfin décidé de prendre le chemin de leur migration. Un régal des yeux. Les palombes, car ce sont bien elles, quittent la France. Elles vont passer l'hiver, qui en Espagne, qui au Portugal, qui en Afrique. Leur vol sonne le glas des beaux jours de douce chaleur.

Quelques tirs assourdis au lointain. Les fusils les attendaient. Si l'une d'entre elles est tombée à terre, son vol ne se dissout pas. Il trace sa route vers d'autres contrées.

Toutes les palombes (ou pigeons ramiers) ne migrent pas. Certaines populations sont sédentaires, surtout dans les pays au climat tempéré. Certaines s'installent même au chaud dans les grandes villes, dorment dans leurs parcs et jardins. C'est ainsi que Aniza équipée d'une balise Argos solaire au Portugal est restée ces deux derniers hivers en Suisse. Chicon, de son côté, a opté l'hiver dernier pour le Nord de la France où l'avait dotée aussi d'une balise... Ces balises Argos entrent dans le cadre du programme de suivi mené par le Gifs, Groupement d'investigation sur la faune sauvage, soutenu financièrement par la Fédération nationale des chasseurs.

Par contre, les pigeons du Nord de l'Europe ou de l'Est quittent leurs lieux de nidification à l'automne pour gagner des contrées moins gelées, moins froides.

La redoute de Lindux a compté 365 000 pigeons indéterminés

Outre les palombes, les cormorans ou les milans royaux quittent leur lieux de nidification ©V.B
Outre les palombes, les cormorans ou les milans royaux quittent leur lieux de nidification ©V.B
Combien de palombes sont-elles passées aujourd'hui sur le Pays Basque ? Des milliers indéniablement. A la redoute de Lindux, à trente kilomètres de St-Jean Pied de Port, les observateurs ont observé quelques 365 000 pigeons migrateurs.

Leur observation n'a pas permis de déterminé l'espèce exacte de pigeons. Leur comptage répertorié par le site migraction.net les catégorise donc sous la dénomination pigeon indéterminé. Pas toujours facile de reconnaître le pigeon ramier du pigeon bizet ou pigeon colombien dans les airs !

A cette heure de rédaction, les autres sites d'observation basques, le col de Lizarrieta à Sare et le col d'Organbidexka dans la forêt d'Iraty n'ont pas encore fait part de leurs comptages. A suivre donc demain.

A lire aussi Les palombes à tire-d'aile

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement