xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Des hérissons errent cet hiver


Vendredi 25 Janvier 2013


Cet hiver, de nombreux hérissons trainent leurs guêtres dans les jardins enneigés ou inondés. En plein jour alors que l'espèce est plutôt noctambule. Hegalaldia et le Sanctuaire des hérissons reviennent sur ce phénomène.




Les hérissons se réveillent souvent en hiver ©V.B
Les hérissons se réveillent souvent en hiver ©V.B
A peine 280 grammes ! Un poids plume que la rigueur de l’hiver menace. «Cet hérisson a à peine deux mois et demi recueilli en Charente Maritime ! explique Danny, bénévole au Sanctuaire des hérissons. Nous avons reçu de très nombreux appels pour de jeunes hérissons retrouvés très mal en point.» Un constat que confirme au Pays Basque Stephan Maury d'Hegalaldia, le centre de sauvegarde de la faune sauvage installé à Ustaritz.

Pourquoi tant de hérissons semblent errer en plein jour dans les jardins alors que l’hiver devrait les pousser à hiberner ? Beaucoup sont jeunes, nés l’an passé de portées tardives. Ils n’ont guère eu le temps de se constituer des réserves pour subir le joug hivernal sans frémir.

Les hérissons ont eu une des portées tardives l'année dernière

« L’année dernière, le printemps a explosé très tôt : les hérissons adultes sont sortis de leur hibernation dès la fin février, voire début mars. Et dès le 5 ou 6 avril on nous a rapportés les premières naissances. Soit un mois et demi d’avance par rapport aux années précédentes. » commente Danny.

Un décalage qui a incité les hérissons à multiplier les portées. Très tard souvent pour les dernières d’entre elles. « A l’approche de l’hiver, en novembre, les hérissons s’apprêtent à entrer en hibernation. Alors à la fin de l’automne dernier, les mères ont abandonné leurs jeunes pour s’y préparer, poursuit Danny. C’est leur instinct. »

L’hibernation n’est pas une sinécure pour les animaux. Certes elle leur permet de passer l’hiver. Mais elle pompe une grande énergie. En hibernation, le corps du hérisson baisse en température : de 35°C à 5°C. Il maintient ainsi ses fonctions vitales. Mais il accumule des gaz qu’il doit libérer de temps en temps. Aussi le hérisson se réveille-t-il tous les quinze jours ou tous les mois. Son réveil est lent : entre trois ou quatre heures pendant lesquelles sa température corporelle repasse de 5° à 35°C. Il brûle beaucoup d’énergie pour y parvenir.

Les très jeunes hérissons restent déshydratés et affamés

Mais les portées tardives n’ont pas les ressources de supporter un long hiver. Quand les trop jeunes animaux ne sont pas déjà morts d’épuisement, ils errent déshydratés et affamés. « Les personnes qui ont remarqué des hérissons à proximité de leurs jardins devraient y laisser des croquettes et veiller à ce que l’eau ne gèle pas, reprend Danny. Elles aideront ainsi ces petits mammifères à passer l’hiver. » conseille Danny.

Et le passant qui croise la route d’un hérisson mal en point ? « Ils peuvent nous appeler : nous tenons une permanence, 365 jours sur 365, de 8 heures du matin à 21 heures le soir. Nous pouvons les guider. Outre les centres de sauvegarde de la faune sauvage habilités, nous tenons une liste des vétérinaires dans chaque département qui se sont manifestés et peuvent intervenir si l’animal est blessé. »

« Très souvent les animaux recueillis ainsi sont en hypothermie. Il faut d’abord les réchauffer. A l’abri du froid dans les maisons ou les garages. Les personnes devront placer le hérisson dans un carton où l’on aura mis une laine polaire ou du foin, et une bouillote. Lorsque il aura récupéré un peu, les personnes peuvent le réhydrater avec de l’eau et un peu de miel. De l’eau chaude comme pour un bébé. Cette eau chaude sucrée réchauffera son intérieur. Et le miel lui donnera de l’énergie. Le pain et le lait de vache sont à proscrire : ils provoquent des diarrhées mortelles. »

Les jardins sont des havres de vie pour les hérissons

Le hérisson est une espèce protégée en France. En détenir un est donc hors la loi. Ce qui n’empêche nullement de leui porter secours. Les centres de sauvegarde de la faune sauvage sont habilités à les recueillir. Chaque année, le centre Hegalaldia en soigne des dizaines.

« Les hérissons s'approchent des habitations parce qu'ils trouvent dans les jardins un habitat favorable. Un hérisson couvre un territoire d'un kilomètre carré ! Près des habitations, il a donc une mosaïque de jardins qui lui offre des milieux différents, explique Stephan Maury. Le hérisson passe d'un jardin à un autre pour y trouver une biodiversité qui a disparu de certaines campagnes où la monoculture règne. Et à chaque saison, il y trouve les éléments essentiels à sa vie. Il faut aménager les jardins en faveur de la biodiversité! »

«Les hérissons disparaissent des campagnes, ajoute Danny. Ils sont victimes de la route entre autres, des pesticides... Nous avons lancé une enquête nationale sur dix ans sur les causes de leur mortalité pour en savoir plus. L'an dernier nous avons enregistré 4 307 décès dont 4 009 tués sur les routes. Les personnes qui trouvent un hérisson mort peuvent nous le signaler sur le site que nous avons créé pour cette étude.»

L'hiver n'est pas toujours la pire période pour l'espèce : « Les appels affluent surtout en été. Souvent on retrouve des bébés orphelins. Autrement ce sont les accidents de jardin : la débroussailleuse blesse le hérisson. Quand ce n’est pas les feux de mauvaises herbes qui le brûlent. Les gens doivent faire attention et s’assurer qu’un hérisson ne se promène pas dans les parages. Ou qu’il n’a pas construit son nid sous le tas de bois ! » Un simple coup d’œil peut éviter bien des morts...

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2019 - 10:30 Le Desman, animal secret des Pyrénées



1.Posté par Castex le 10/01/2016 10:27
Bonjour,
J'ai pas mal de monde qui vient chercher dans les talus des hérissons. Je suis outré. Je voulais savoir si ils ont le droit de le faire

Merci
cordialement
Laurent

2.Posté par Virginie Bhat le 10/01/2016 10:52
Bonjour,
Non. Les hérissons sont une espèce protégée. Un arrêté du 23 avril 2007 fixe la liste des mammifères terrestres protégés sur l’ensemble du territoire et les modalités de leur protection. Dont les hérissons d'Europe (Erinaceus européens). Dans son article 2, l'arrêté précise que "Sont interdits sur tout le territoire métropolitain et en tout temps la destruction, la mutilation, la capture ou l’enlèvement, la perturbation intentionnelle des animaux dans le milieu naturel" des mammifères protégés dont font partie les hérissons.
Cordialement
La rédaction

Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement