xoriburu.info
Eko-société

Des entreprises aux Oeufs d'or


Dimanche 24 Octobre 2010


Depuis 2007, l'association britannique CIWF décerne à des entreprises et des collectivités de l'Union européenne des Œufs d'or. Elle veut ainsi favoriser l'utilisation d'œufs pondus par des poules élevées en plein air ou au sol. Douze entreprises françaises ont été lauréates cette année.




En Espagne comme en France, les oeufs doivent être encodés ©xoriburu.info
En Espagne comme en France, les oeufs doivent être encodés ©xoriburu.info
D’ici deux mois et demi les poules ne pondront plus en cages de batterie conventionnelle. Ces élevages industriels qui n’offraient aux animaux que des cages nues pour lieux de vie et de ponte auront disparu des campagnes européennes. Une directive adoptée en 1999 par l’UE les interdit dès le 1er janvier prochain. Les éleveurs ont dû s’adapter et investir. Quand certains n’ont pas délocalisé leur production pour échapper à ces nouvelles normes de bien-être animal. La plupart ont opté pour un autre système dit de cages aménagées.

Nid artificiel, perchoir, litière, autant d’éléments qui doivent permettre aux poules de satisfaire des comportements propres à l’espèce : gratter, nidifier… Reste que la densité est encore élevée : une poule dispose de 750 cm2 pour évoluer. La France compte près de 46 millions de poules pondeuses, 80% élevées en cages.

Des alternatives à ces batteries de cages, même aménagées, existent. Elles s’appellent élevages en plein air, label rouge et biologique, ou élevages au sol. Dans les trois premiers cas, les poules pondeuses doivent avoir accès à un espace extérieur plus ou moins arboré. Les densités sont limitées dans les bâtiments et les aires extérieures de liberté. Enfin l’élevage au sol se développe dans des bâtiments, sans cage, aménagés de perchoirs et d’un nid pour sept poules. Les animaux restent confinés dans les hangars, sans accès extérieur.

Pour soutenir et valoriser ces élevages plus respectueux du bien-être animal et développer l’utilisation de leur production dans l’industrie agro-alimentaire, une association installée en Grande-Bretagne, la CIWF (Compassion in world farming) a lancé en 2007 les Œufs d’or. Elle veut ainsi récompenser « les entreprises et les collectivités qui utilisent ou s’engagent à utiliser exclusivement des œufs issus d’élevages de plein air ou au sol ». En quatre ans, l’ong a décerné plus de 250 Œufs d’or. Parmi les lauréats cette année, douze entreprises ou collectivités locales françaises. « Elles vont permettre à plus de 818 000 poules pondeuses de profiter d’un élevage au sol ou en plein air » s’est félicité CIWF France lors de la remise des prix, mercredi dernier. Depuis 2007, « ce sont plus de 25 millions de poules pondeuses par an qui vont bénéficier de l’engagement des lauréats européens des Œufs d’or. »

Pour l’heure, les œufs pondus en élevage en plein air ou au sol représentent 31% en volume des ventes d’œufs en grande distribution et 45% en valeur. Ils sont plus chers que les autres. Mais ils peuvent dans les commerces grignoter encore des parts de marché. Car selon un sondage Ifop réalisé les 17 et 18 février dernier pour CIWF, « 75% des Français seraient prêts à payer plus cher leurs œufs s’ils ont la garantie que les poules pondeuses n’ont pas été élevées en cage. »

Mais devant les linéaires ou sur les marchés, ils ne savent pas toujours décrypter les étiquettes. Pourtant, elles doivent éclairer les consommateurs. L’UE a réglementé l’étiquetage de ces produits dans tous ses pays membres. Toutes les boîtes d’œufs doivent mentionner en toutes lettres le type d’élevage des poules pondeuses. Et tous les œufs doivent porter sur leurs coquilles un code dont le premier spécifie le mode d’élevage. 0 pour les œufs de poules d’élevages biologiques de plein air, 1 de poules élevées en plein air, 2 de poules élevées au sol et 3 de poules élevées en cage.

Dès cette année, l’association britannique a décidé d’étendre ses trophées d’or aux poulets de chair. Deux entreprises françaises ont été primées (Ikea Food et les Fermiers du val de Loire en partenariat avec la société Bodin et fils) Puis l’an prochain CIWF s'intéressera aux porcs et aux vaches.

Les lauréats des Œufs d'or sont : Cocorette (producteurs), Naturalia (distribution), les villes de Saint-Etienne, Barjac, Langouët (catégorie secteur public), les biscuits Traou Mad (catégorie entreprises agroalimentaires), Amorino, Biofinesse, Ikea Food, le Pain quotidien, Subway et la maison Troisgros dans la catégorie restauration.

Ester Gran


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement