xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Des chiens non grata lors du G7 à Biarritz


Lundi 19 Août 2019


Le couperet est tombé : les chiens classés catégorie I et II n'auront pas accès à la voie publique dans le centre sécurisé de Biarritz durant le sommet du G7.




Les chiens autres que catégorie I et II ne sont pas concernés par cette interdiction d'accès à la voie publique ©xoriburu
Les chiens autres que catégorie I et II ne sont pas concernés par cette interdiction d'accès à la voie publique ©xoriburu
Si le centre de Biarritz abrite des rotweillers, des American Staffordshire terrier ou des Tosas, le G7 ne va pas leur rendre la vie facile. En effet un arrêté préfectoral interdit l'accès à la voie publique aux chiens de catégorie I et II durant le sommet. Des chiens qui, il est vrai, ne courent pas les rues dans la cité impériale.

Si leurs propriétaires ne disposent pas de jardins, les quatre pattes vont tourner en rond dans leurs appartements et risquer l'occlusion intestinale... A moins de s'offrir quelques vacances ce week-end. Un long week-end qui démarrera le 23 août minuit au 26 août 20 heures.

Délit de sale gueule

Les chiens de catégorie I et II - ils ne portaient pas encore cette étiquette à l'époque – avaient défrayé les chroniques à la fin des années 1990. Leurs gueules, babines retroussées sur des crocs pointus, faisaient la une des journaux. Pitbulls et rotweillers étaient alors à la mode dans des familles où malheureusement certains membres avaient été leurs victimes. Sans compter les combats de chiens qui s'organisaient...

Pour enrayer cette vogue canine, les pouvoirs publics avaient pris des mesures réglementaires et allaient enfermer certaines races dans deux catégories. A la clef des restrictions de détention pour leurs propriétaires et d'accès aux lieux publics (permis de détention, identification par puce ou tatouage, vaccination contre la rage et souscription à une assurance de responsabilité civile. Dans les lieux publics, le chien doit être muselé et tenu en laisse).

C'est ainsi que la première catégorie allait regrouper les chiens d'attaque, la seconde catégorie : les chiens de garde et de défense. Dans la première, des croisés "non inscrits à un livre généalogique reconnu par le ministère en charge de l’agriculture et qui peuvent être rapprochés morphologiquement des Staffordshire terrier ou American Staffordshire terrier (chiens dits "pit-bull), Mastiff (chiens dits "boerbulls") et Tosa.

Dans la seconde, chiens de race Staffordshire terrier ou American Staffordshire terrier (Staffordshire bull terrier n'en fait pas partie), de race Rottweiler, de race Tosa et des chiens non-inscrits à un livre généalogique reconnu par le ministère en charge de l’agriculture et qui peuvent être rapprochés morphologiquement des chiens de la race Rottweiler.

A la publication de cette loi no 99-5 du 6 janvier 1999 relative aux animaux dangereux et errants, les associations de protection animale étaient montées au créneau, dénonçant un délit de sale gueule.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2019 - 10:30 Le Desman, animal secret des Pyrénées


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


La côte basque en images

On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement