xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Des chevaux camarguais dans les rizières de l'Ebre


Mercredi 10 Avril 2013


Des rizières et des marais arpentés par deux pouliches de Camargue. Deux robes brunes, silhouettes sveltes dans les folles herbes. Images d’Epinal qui depuis quelques décennies échappe au delta du Rhône. Les chevaux camarguais ont quitté le sud de la France pour d’autres contrées. Le parc naturel de la Brotonne, de la Chevreuse... d’abord. Aujourd’hui la réserve naturelle de Riett Vell sur le delta de l’Ebre en Catalogne.




Les deux pouliches camarguaises aident à la gestion des milieux humides ©Juan Carlos Cirera
Les deux pouliches camarguaises aident à la gestion des milieux humides ©Juan Carlos Cirera
Les chevaux camarguais ne sont pas seulement des montures. Ils sont des aides précieuses à la gestion durable des zones humides. La race originaire du delta du Rhône est parfaitement adaptée à ces milieux. Et c’est la raison pour laquelle depuis l’an dernier deux pouliches sillonnent celles de la réserve catalane. Ces deux jeunes juments connaissent le soleil de la Catalogne et les eaux de l’Ebre. De fait, elles arrivent tout droit de l’île de Buda, près de l’embouchure du long fleuve. Elles ont été cédées par le parc naturel du delta de l’Ebre.

La gorgebleue à miroir fréquente la réserve de Riett Vell

A l'automne alors que les rizières sont au repos, les deux pouliches entrent en jeu dans les chaumes ©SEO/Birdlife
A l'automne alors que les rizières sont au repos, les deux pouliches entrent en jeu dans les chaumes ©SEO/Birdlife
Depuis 2001, la réserve Riett Vell est gérée par l’association ornithologique SEO/Birdlife. C’est un sanctuaire d’oiseaux aquatiques sur lequel l’ong veille et restaure. En hiver, ses roselières accueillent de nombreux oiseaux migrateurs. Sur les lieux cohabitent cultures de riz et des milieux naturels. Une cohabitation que SEO développe dans le cadre d’un projet de développement durable. Les rizières sont à l’heure de la culture biologique. Le réseau d’irrigation améliorée au printemps 2012, les techniques de production écologique améliorent la qualité des eaux des rizières qui par la suite rejoignent celles des terres humides, lagunes baie et mer. Chacun en tire son bénéfice. Les hommes comme les espèces végétales et animales qui fréquentent les lieux.

Les deux pouliches ont passé l’été dernier dans les roselières. Le roseau a été décimé pour laisser apparaître des prairies salines très intéressantes qui enrichissent la biodiversité de la ferme, explique SEO, et favorise l’apparition de nouvelles espèces de plantes et d’oiseaux. A l’automne, alors que le riz a été récolté, les deux juments ont été amenées sur les chaumes des rizières qu’elles ont quittées dès les premières activités de production lancées.

Les résultats se voient... à l’œil nu ! Les observations des oiseaux migrateurs qui hivernent dans les roseaux de Riett Vell montrent que les populations y sont abondantes et fidèles d’une année sur l’autre. Mieux elles ont révélé la présence de nouvelles espèces rares telle la lusciniole à moustaches, une espèce protégée dans l’Union européenne, et la gorgebleue à miroir, un très joli passereau, une large bavette bleue sous le cou. Voilà qui indique un habitat en bon état. « Ce fait souligne l'intérêt de l'application de méthodes à bon escient et de manière durable de gestion de la végétation, comme le pâturage des chevaux Camargue » souligne SEO.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2019 - 10:30 Le Desman, animal secret des Pyrénées


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


La côte basque en images

On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement