xoriburu.info
Ecosystèmes

Déchets marins : Surfrider remonte à la source


Samedi 24 Janvier 2015


Chaque jour, l'Adour charrie des dizaines de déchets, emballages alimentaires, bouteilles, sacs plastique... D'ou viennent-ils ? Pour répondre à cette question, Surfrider a lancé voilà un an un protocole scientifique. Nom de code : Riverine Input. Le but à terme : agir à la source du problème.




Jean-Baptiste Dussaussois, reponsable de Riverine Input au sein de Surfrider, et les bénévoles classent les déchets du jour ©V.B.
Jean-Baptiste Dussaussois, reponsable de Riverine Input au sein de Surfrider, et les bénévoles classent les déchets du jour ©V.B.
Sur les deux grandes tables, du plastique, toutes les formes possibles, sacs, boites, bouteilles, emballages, du bois... et une banane ! « Biodégradable la banane ? Oui si elle n'était pas emballée dans un petit sac plastique ! » remarque l'une des bénévoles qui le tient en mains. En ce jeudi soir du 22 janvier, le siège biarrot de Surfrider est allumé. Entre ses murs des jeunes gens, les mains gantées, trient des trophées peu ragoûtants. Ils ont été ramassés sur les berges de l'Adour à Anglet par l'association Mifen d'Urcuit.

Le bassin versant de l'Adour, 16 000 km2 et 319 km de la source à l'estuaire

IMG_1089
  • IMG_1089
  • IMG_1091
  • IMG_1092
« Nous avons huit points de collecte sur le bassin versant de l'Adour, explique Jean-Baptiste Dussaussois, ingénieur en sciences de l'environnement qui pilote le programme Riverine Input lancé voilà plus d'un an et demi au sein de Surfrider. Entre la source du fleuve et son estuaire. Le premier sur la commune de Campan, puis Bours-Bazet en aval de Tarbes, un troisième avant Pau au niveau de la décharge, puis Cazères-sur-Adour, Dax, le port et enfin la partie nord de la plage de la Barre à Anglet. Sur ces huit points, nous réalisons une collecte des déchets retrouvés sur les berges chaque mois. »

Les déchets ramassés, ils sont passés au crible, classés, identifiés... selon un protocole scientifique mis en place. « Nous retrouvons principalement du plastique, un peu de polystyrène... Il y a là des médicaments, des emballages alimentaires et même des déchets médicaux ! D'ou viennnent-ils ? C'est justement ce que nous voulons déterminer. »

On le sait : les déchets marins ne sont pas tous lancés des bateaux qui sillonnent mers et océans. Bien au contraire : 80% d'entre eux proviennent de la terre ferme. Tous issus des activités humaines : décharges sauvages, stations d'épurations, industries, agriculture, particuliers... « Nous voulons remonter à leur source, non pas pour pointer du doigt les responsables, mais trouver avec eux des solutions » souligne le responsable de Reverine Input.

Pour l'heure, la récolte se fait sur les berges. Partie immergée de l'icerberg déchets. Mais Riverine Input a bien l'intention de plonger un peu plus loin son nez : « Nous allons installer des petits filets à la surface du fleuve pour prendre au piège les déchets qui ne s'échouent pas sur les berges et qui peuvent ainsi échapper à notre première récolte.  »

D'ici un mois, Riverine Input devrait livrer ses premières analyses sur les douze mois écoulés de données récoltées. Un bon début puisque le protocole scientifique s'étale sur trois ans.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 30 Mai 2019 - 15:18 La semaine hendayaise est de retour



1.Posté par Alain Untxia Babinfo le 25/01/2015 11:19
Et une de plus à la mer !
https://www.facebook.com/video.php?v=1753735598185026&set=vb.1725658094326110&type=2&theater

Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement