xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Cruauté à l'abattoir de Mauléon


Mardi 29 Mars 2016


On pensait que la proximité de l'abattoir allait leur éviter les affres de la souffrance d'un long transport. Peut-être, mais c'est sur place qu'elles les ont connues. Agneaux et veaux abattus dans la douleur à l'abattoir intercommunal du Pays de Soule.




Les images de la video ci-dessous peuvent être choquantes et heurter chacun ©L214
Les images de la video ci-dessous peuvent être choquantes et heurter chacun ©L214
On pensait que la proximité de l'abattoir allait leur éviter les affres de la souffrance d'un long transport. Peut-être, mais c'est sur place qu'elles les ont connues. Ce matin, Le Monde a diffusé une vidéo de l'association L214 qui milite pour la protection animale, et le végétalisme. Les images sont une nouvelle fois cruelles, prises à l'abattoir intercommunal du Pays de Soule avant ce week-end de pâques. Un abattoir qui en 2010 avait profité d'une extension de superficie pour doubler sa découpe. 600 m2 de plus et 33 salariés pour améliorer ses activités et sa cadence.
Son projet avait même bénéficié d’un financement FEADER (Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural) à hauteur de 20 % du coût total éligible établi à 1,613 million d'euros. Le Conseil régional d'Aquitaine avait versé au panier de la mariée 209 981 euros, le conseil général des Pyrénées-Atlantiques 112 754. L'établissement avait depuis 2004 le label Ecocert pour répondre à la demande des éleveurs bio. Parmi ses autres clients, un Label rouge et des amaps.

L'abattoir a fermé dès aujourd'hui

Mieux et plus vite ? Mais à quel prix ? Le prix de la souffrance d'animaux qui, s'ils devaient être tués, auraient au moins pu l'être sans brutalité ni douleur. Une nouvelle fois les autorités ont réagi. Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture "réaffirme à nouveau son indignation face à des pratiques intolérables. Il a demandé au Préfet la suspension immédiate de l’activité de l’abattoir." apprend-on dans un communiqué.

« En novembre 2015, Stéphane Le Foll avait donné instruction aux Préfets de s’assurer de la prévention de tout acte de maltraitance lors de l’abattage et rappelé la responsabilité des opérateurs en matière de sécurité sanitaire et de protection animale. » rappelle le communiqué. Ses prédécesseurs l'ont sans aucun fait avant lui. Il faut croire que les législations qui se sont accumulées sur les abattoirs ne suffisent toujours pas à assurer une mort sans cruauté.

A l'échelon local, à Mauleon, le maire et président de la régie de l'abattoir, Michel Etchebest, a fermé l'établissement dès midi pour une durée indéterminée, à titre conservatoire. Il a demandé que les auteurs des actes soient sanctionnés dès à présent au sein de l'entreprise. Sans préjuger des sanctions qu'ils pourraient encourir à la suite de l'enquête diligentée par les autorités.

L214 demande la pose de caméras dans tous les postes des abattoirs

L'association L214 de son côté porte plainte contre l’abattoir auprès du tribunal de grande instance de Pau « pour des faits de maltraitances, de sévices graves et d’actes de cruauté et dépose un référé expertise auprès du tribunal administratif de Pau pour faire la lumière sur la responsabilité des services vétérinaires qui n'ont pas identifié ou stoppé les infractions flagrantes captées sur les vidéos. »

Par ailleurs, dans une pétition adressée au Premier ministre Manuel Valls, l’association demande une transparence effective des abattoirs via :
- la mise à disposition publique des rapports d’inspection et des mises en demeure rédigées par les services vétérinaires à l’encontre des abattoirs ;
- un accès libre et inopiné des abattoirs aux associations de défense des animaux ;
- la pose de caméras sur les postes de déchargement, d’attente, d’amenée et d’abattage des animaux avec accès libre des associations aux images ;
- la liberté de diffuser les informations ainsi obtenues.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2019 - 10:30 Le Desman, animal secret des Pyrénées


Nouveau commentaire :
Twitter


On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images


La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement