xoriburu.info
Ecosystèmes

Côte basque : la vigilance vagues submersion passe au jaune


Mardi 7 Janvier 2014


L'océan Atlantique s'apaise un peu et la vigilance vagues-submersion a baissé son pavillon orange pour un jaune. La prudence reste donc de mise sur le littoral basque.




Sur la plage d'Ilbarritz à Bidart, les déferlantes ont déplacé les roches dans leur furie ©V.B.
Sur la plage d'Ilbarritz à Bidart, les déferlantes ont déplacé les roches dans leur furie ©V.B.
Sur la plage d'Ilbarritz, quelques roches sur le sable. Elles n'étaient pas là voilà quelques jours. Roches que des vagues dans leur furie sont parvenues à déplacer ! Alors que l'océan se retire pour sa marée basse de 15 heures, l'océan s'apaise quelque peu.

Evitez donc les plages

Les vagues perdent sur la plage de la Milady à Biarritz de leur force au fil de la journée mais restent dangereuses dans un sursaut ©V.B.
Les vagues perdent sur la plage de la Milady à Biarritz de leur force au fil de la journée mais restent dangereuses dans un sursaut ©V.B.
La crise s'éloigne mais elle a malheureusement provoqué la mort d'une jeune femme emportée par les vagues dimanche. son corps n'a toujours pas été retrouvé par les équipes de recherche en alerte. Son compagnon a été sauvé in extremis par un promeneur aidé de deux autres hommes.

Sur les plages, les services municipaux tentent de remettre bon ordre aux dégâts provoqués par les déferlantes. Déferlantes qui aujourd'hui ont perdu de la vigueur. Pour autant la prudence est de mise : la vigilance vagues submersion reste au jaune aujourd'hui ! « Les vagues s'amortissent progressivement à partir de cette fin de matinée, a averti la préfecture des Pyrénées-Atlantiques dans un communiqué. Elles restent toutefois encore fortes (houle longue et énergétique) et les départements de la façade atlantique restent en vigilance jaune. Les déferlements peuvent en effet encore occasionner localement des submersions sur les parties basses ou vulnérables. »

Pas question donc de longer l'écume des vagues. D'ailleurs certaines plages restent interdites au public. Celles de Bidart resteront ainsi fermées jusqu'à demain, mercredi, par arrêté municipal.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 3 Décembre 2018 - 16:44 Juste un coucher de soleil...

Samedi 6 Octobre 2018 - 23:37 Alternatiba rallie Surfrider à Biarritz


Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement