xoriburu.info
Sports

Concours international de Biarritz : la légèreté récompensée


Dimanche 26 Octobre 2014


Harmonie, précision... Sur la piste du centre hippique de Biarritz, les cavaliers cherchent la perfection alors que leurs chevaux déroulent leur reprise de dressage. Parmi les juges de piste, Kathy Amos Jacob, membre de l'association Allege Ideal qui scrute les plus belles notes de légèreté.




Dans sa guérite, Kathy Amos Jacob, juge de piste et membre d'aAllege Ideal scrute les mains les plus légères de ce concours de dressage ©V.B.
Dans sa guérite, Kathy Amos Jacob, juge de piste et membre d'aAllege Ideal scrute les mains les plus légères de ce concours de dressage ©V.B.
Sur la piste, les centaures valsent. D'un piaffer à un trot allongé. D'un pas rassemblé à un appuyer à gauche. D'une pirouette à un autre galop rassemblé... Veste sombre sur chemise et culotte blanches, les cavaliers ne semblent faire qu'un avec leurs chevaux. La robe grise, baie ou noire luit sous le soleil d'octobre. Le spectacle offert par ce concours international de dressage trois étoiles organisé par le centre hippique de Biarritz ne semble que légèreté. Du moins aux yeux du profane.

Trois jeunes cavalières sont courronnées pour leur légèreté

Car aux yeux des professionnels, tous les cavaliers n'ont pas la même main légère. Et c'est justement ce que scrutera Kathy Amos Jacob. Juge de piste, Kathy Amos Jacob est aussi membre de l'association Allege Ideal. « Nous défendons les valeurs de l'équitation française, inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco voilà trois ans, explique la juge. Une équitation de légèreté. Dans les écuries, au paddock et sur la piste. »

Une équitation de légèreté qui pour Allege Ideal concilie ces trois principes : « le souci de l'intégrité physique et mentale du cheval, le plaisir de la pratique équestre et l'efficacité, en permettant notamment d'aborder le rassembler du cheval dans les meilleures conditions possibles. » Toutes disciplines confondues : dressage, cross, obstacles...

« Nous sommes dans une société kleenex, explique Kathy Amos Jacob. Tout le monde veut aller vite, trop vite, et les chevaux en subissent les conséquences. Avec un dressage où la légèreté est parfois totalement absente. »

La juge de piste a donc fait le tour des boxes, des ménages où les cavaliers détendent leurs chevaux avant d'entrer en piste... Et l'œil sans concession a vite détaillé les lourdeurs des uns, la légèreté des autres. Chez les plus jeunes cavaliers comme les adultes. Que leurs montures soient poneys ou chevaux. Ce sont trois jeunes cavalières qui ont retenu son attention : une Française Pauline Vanlandeghem en catégorie poneys, Noami Winnewisser en catégories Jeunes cavaliers et Estelle Wettstein en Medium tour. Ces deux dernières sont de nationalité suisse. Leur légèreté a donc été récompensée samedi soir au centre hippique de Biarritz.


Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Janvier 2015 - 17:43 Coup de pub mal placé

Mardi 2 Décembre 2014 - 18:16 Trafic de chevaux : coupable !



Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site




La côte basque en images



On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

09/10/2019

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement