xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Comptons les oiseaux de nos jardins !


Mardi 14 Janvier 2014


Les oiseaux ont-ils retrouvé le chemin de nos jardins ? Pour le savoir participez les 25 et 26 janvier prochains à la deuxième édition nationale de comptage des oiseaux des jardins ! Une opération menée par le Muséum national d'histoire naturelle et la Lpo.




Au début de l'hiver, les observateurs se sont émus de l'absence des oiseaux dans leurs jardins ©V.B.
Au début de l'hiver, les observateurs se sont émus de l'absence des oiseaux dans leurs jardins ©V.B.
Avec les frimas de janvier, les oiseaux de nos jardins sont-ils enfin revenus ? Fin décembre, les observateurs s'interrogeaient devant les mangeoires désertes. Pas un piaf à l'horizon qui venait s'abreuver ou s'alimenter de graines de tournesol ou de miettes de pain !

L'an dernier 130 000 oiseaux furent observés dans 3000 jardins

Mésange, rouge-gorge, moineau, merle... Quelle espèce fréquente nos jardins ? ©V.B.
Mésange, rouge-gorge, moineau, merle... Quelle espèce fréquente nos jardins ? ©V.B.
Justement, les 25 et 26 janvier prochains, la Lpo et le Muséum national d'histoire naturelle organisent la deuxième édition nationale de comptage des oiseaux des jardins. Les deux organisations invitent donc les petits et grands à rester dans leur jardin pendant une heure. Juste une heure, à leur choix, pendant laquelle ils compteront le nombre des individus de chaque espèce observé. Une précaution : seuls les oiseaux posés les lieux choisis devront être notés.

Cette opération est menée dans le cadre de l'Observatoire des oiseaux des jardins. Ce programme national de sciences participatives intégré au réseau Vigie-Nature du muséum a été lancé en 2012 et le premier comptage organisé le fut l'hiver dernier. L'occasion l'an dernier d'observer 130 000 oiseaux dans 3000 jardins particpants à cette première opération!

L'Observatoire des oiseaux des jardins a deux objectifs. D'une part, tracer les tendances sur les populations d’oiseaux qui fréquentent les jardins : les espèces observées sont-elles différentes à la ville et à la campagne ? Les postes de nourrissage ont-ils une influence sur leur abondance ? Qu’est-ce qui pousse les oiseaux à visiter les jardins ?

D'autre part, sensibiliser et informer le grand public et les spécialistes sur l'évolution des espèces d'oiseaux communs.

Jardins privés ou publics, balcons ou terrasses

Comment participer ? "Choisissez une date, le 25 ou le 26 janvier, explique la Lpo. un créneau horaire d’une heure et à l’aide d’un carnet, d’un crayon, et de la fiche d’observation à disposition sur le site oiseauxdesjardins.fr, notez le nombre d’individus de chaque espèce observé durant l’heure d’observation. Mais attention, pour chaque espèce, il ne faut noter que les oiseaux posés dans le jardin."

Quel jardin ? Tous les jardins ! Le vôtre, les parcs ou les petits jardins pour enfants. Voire un coin de balcon.

Et si jamais un oiseau est observé mais non identifié, l’équipe de l’Observatoire est à la disposition des participants pour les aider. Il suffit d’envoyer une description de l’oiseau ou mieux, une photo à l’adresse : oiseauxdesjardins@lpo.fr avant le 28 février 2014. C'est simple, alors à vos crayons, puis vos souris !

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2019 - 10:30 Le Desman, animal secret des Pyrénées


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement