xoriburu.info
Zooms

Chien mort de faim : cinq mois de prison


Vendredi 27 Février 2015


Elle avait confié son chien à sa sœur pour quelques mois. Elle ne savait pas alors que son animal allait vivre une longue descente aux enfers.




Le tribunal correctionnel d’Oviedo (province des Asturies en Espagne), vient de condamner à cinq mois de prison et trois ans d’interdiction de pratiquer un métier en rapport avec les animaux, une femme qui avait laissé un chien mourir de faim. Le jugement peut paraître sévère, mais il est en rapport avec les faits, car l’agonie du chien a duré trois mois.

Le bulldog anglais meurt avant de

Au village de Pola de Siero, une femme avait confié son bulldog anglais, un animal inoffensif, à sa sœur, pour quelques mois en avril 2013. Le 18 juin, lorsqu’elle voulut récupérer son animal, celui-ci était prostré, malade, très faible et cerné d’excréments. Transporté aussitôt à une clinique vétérinaire, il mourut durant le trajet.

Le vétérinaire chargé de l’autopsie constata que le petit chien était mort de « dénutrition extrême », autrement dit mort de faim. Une lente descente aux enfers de plusieurs mois au cours de laquelle son organisme s’était dégradé à petit feu.

Les juges ont estimé qu’il s’agissait là « d’une maltraitance grave sans justification », et ont frappé fort. Ils ont prononcé une sanction exemplaire pur stigmatiser un comportement inhumain.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Novembre 2015 - 16:36 Pas de tracts contre les Animaliades


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement