xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Chenilles processionnaires : danger pour les animaux de compagnie


Samedi 6 Février 2016


Les températures printanières font sortir les chenilles processionnaires du bois au Pays Basque. A la queue-leu-leu, elles sillonnent routes, chemins et jardins et ce sont les animaux de compagnie qui trinquent. Au péril de leur vie.




Depuis quelques jours, les chenilles processionnaires sortent au grand jour ©V.B.
Depuis quelques jours, les chenilles processionnaires sortent au grand jour ©V.B.
Promenons-nous dans les bois... SI le loup n'y est pas, ce sont les chenilles processionnaires que l'on va y rencontrer. Les douces températures de ces derniers jours les ont fait sortir des bois. Ou plutôt des pinèdes. Sur la côte basque, les pins sont nombreux. Et pas seulement dans la forêt de Chiberta à Anglet.

Les jeunes animaux jouent au péril de leur vie

Attention aux jeunes animaux qui ne connaissent pas le danger des poils urticants des chenilles ©V.B.
Attention aux jeunes animaux qui ne connaissent pas le danger des poils urticants des chenilles ©V.B.
En hiver, les chenilles processionnaires qui ont construit leur nid en haut des pins, face au sud pour profiter des rayons du soleil, ne sortent que la nuit pour ce nourrir. Mais les températures printanières de ces deux derniers jours semblent leur avoir fait perdre le nord. Voilà qu'elles cheminent en plein jour, les unes derrières les autres vers une destination qu'elles seules connaissent. Ont-elles déjà en tête de passer à leur prochain stade de développement. Car c'est au printemps normalement qu'elles quittent leur pin pour aller s'enfouir dans la terre. Et chacune ensuite de se transformer en nymphe pour devenir paillon aux très beaux jours de l'été.

Toujours est-l qu'au stade où elles en sont, elles sont urticantes. Et sacrément poilues. Et ces poils légers et fragiles se détachent facilement des petites bêtes quand elles sont stressées ou attaquées. Un coup de vent, et ils s'envolent.

SI l'homme les reconnaît et peut les éviter, nos animaux de compagnie n'ont pas toujours l'oeil averti. Surtout les chiots et chatons qui peuvent s'en amuser. Une truffe plongée vers ces bestioles inconnues, et c'est la catastrophe. Eruption douloureuse en contact de contact avec la peau avec de très fortes démangeaisons, conjonctivites pour les yeux, éternuements, maux de gorge voire respiration difficile en cas de contact par inhalation.

Et si les animaux les lèchent et ingèrent, les muqueuses et les intestins s'enflamment. Chiots ou chatons vont alors avoir sacrément mal. leurs couinements devraient alerter leurs maîtres. Puis il se mettront à baver. Leur langue va gonfler et devient tuméfier. Sans traitement, cette langue essentielle à leur vie peut aller jusqu'à se nécroser. Et tomber. La seule alternative c'est le vétérinaire. Plusieurs cas d'ingestion ont déjà été traités sur la côte basque.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement