xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Chats et chiens errants, la rue n'est pas une fatalité


Jeudi 3 Avril 2014


Ils seraient plus de 600 millions à raser les murs du globe. Maigres comme des coucous, le poil troué, emplis de puces et de vers, on les appelle les clébards et les matous des rues... Pour réveiller les consciences sur leur sort, des associations ont choisi le 4 avril, demain, pour célébrer la journée mondiale des animaux errants.




La peau sur les os, les chiens et les chats des rues ne font jamais de vieux os ©V.B.
La peau sur les os, les chiens et les chats des rues ne font jamais de vieux os ©V.B.
600 millions de chiens et de chats errent dans les rues, silhouettes fanstasmagoriques des cités et des campagnes du globe. Faméliques, blessés ou malades. Le poil rêche. Des sacs à puce pointent méchamment du doigt leurs détracteurs. Des bons à rien.

Les chiens et les chats errants finissent mal, en général

Dans les pays les mieux préparés, les chiens errants sont adoptés ©V.B.
Dans les pays les mieux préparés, les chiens errants sont adoptés ©V.B.
On les appelle indignement les cabots, les clebs, les corniauds ou les greffiers, les matous, les minets et mistigris. Ils portent toutes les couleurs. Haut sur pattes ou rase-mottes, ils longent les murs des maisons et cherchent pitance dans les poubelles de l'humanité. Et lorsque la faux de la mort approche, ils vont mourir dans leur coin. Sans cri ni fureur.

S'ils l'eurent un jour, les chiens et les chats des rues n'auraient plus leur place dans les villes d'aujourd'hui (1). Objets encombrants du monde moderne. Alors les hommes font place nette.

Dans les pays les mieux lotis, les corniauds et les matous quittent la rue pour la fourrière. Attrapés au filet ou au lasso. Et si les hommes les jaugent bons à l'adoption, ils quittent la fourrière pour les refuges. Puis les refuges pour une maison. Le clebs y devient mon toutou. Le matou, mon minet. Mais même dans les pays les mieux lotis, les plus vieux et les plus moches n'échappent pas toujours à la piqûre de la mort programmée : l'euthanasie.

Ailleurs, les hommes qui n'en veulent plus menacent de partir à la chasse. Les chiens errants de Sotchi l'ont craint avant que l'opinion publique internationale n'inverse la vapeur. Plus loin encore, on les tire à vue. on les empoissonne. on les tabasse...

Une petit place au chaud

La stérilisations des chats et des chiens des rues plutôt que leur mort programmée ©V.B.
La stérilisations des chats et des chiens des rues plutôt que leur mort programmée ©V.B.
Alors pour que tous ces clébards et grefiers du monde trouvent un jour une petite place au chaud - pas au chaud de l'enfer, mais au chaud d'une maison - des associations de protection animale (2) ont inventé la journée mondiale de l'animal errant. Une journée qui tombe volontairement le 4 avril. Six mois jour pour jour après le 4 octobre, journée mondiale des animaux. L'idée est née voilà quatre ans aux Pays Bas lorsqu'une centaine d'associations locales se sont réunies pour participer à une conférence sur les animaux errants.

Demain, dans certaines cités du monde, des voix vont s'élever pour ceux qui aboient et miaulent dans la plus grande indifférence. Ou la haine. Et des paroles passeront aux actes : manifestations, festivals...

(1) L'organisation mondiale de la santé animale recommande la stérilisation des animaux errants pour lutter contre leur prolifération et la responsabilisation des propriétaires de chats et de chiens : "Tout en reconnaissant que la santé publique, y compris la prévention des zoonoses et notamment de la rage, constitue une priorité, l’OIE considère qu’il est important de contrôler les populations canines sans infliger de souffrance inutile ou évitable à ces animaux. Ayant unrôleprépondérant àjouerenmatièredeprévention deszoonosesetdebien-êtreanimal, les Services v étérinaires doivent participer activement au contrôle des populations canines, en coordonnant leurs activités avec d’autres institutions ou organismes publics compétents en la matière". Une position soutenue par toutes les associations de protection animale.

(2) WSPA, Streetdogblog, Animal Foundation Platform (Pays Bas), Save the Dogs (Roumanie), Dog Help Ukraine, Embark (Sri Lanka), SPARE Lives (Egypt), Romania Animal Rescue, Romania Animal Aid, Canine Life Support (Sri Lanka)...

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement