xoriburu.info
Ecosystèmes

Carmen, Eleanor... mais où donc est passée la quatrième tempête de l'alphabet ?


Mercredi 3 Janvier 2018


Carmen s'est éloignée pour laisser à Eleanor tout loisir de ravager les territoires sur son passage. Le nom des tempêtes suivant l'ordre chronologique de l'alphabet, pourquoi le D est passé à la trappe ?




Carmen n'a pas été tendre avec le littoral. Aidée par la hausse des coefficient de marée, la tempête a poussé les vagues à lessiver certaines plages basques de leur sable. A Ilbarritz à Bidart, la marée haute, vraiment très haute, a dénudé les rochers alors que la marée basse a laissé derrière elle bois et déchets issus des activités humaines.

Où donc est passé le D ?




Au passage de Carmen, Météo France avait lancé une alerte vagues submersion. La troisième tempête de cet hiver partie vers d'autres horizons, elle réitère son cri d'alarme jusqu’à demain sur la côte basque.

Si les forts coefficients de marée sont toujours de la partie, c'est une nouvelle tempête qui accélère le mouvement. La quatrième au joli nom, mais meurtrier, d'Eleanor qui a frappé le nord de la France pour ensuite se diriger vers les Alpes puis la Corse.

Carmen, puis Eleanor. Mais où donc est passé le D ? Y aurait-il une faille au sein des services météorologiques qui, à chaque hiver, nomment chaque tempête en suivant le sacro-saint ordre alphabétique ? Que nenni. C'est juste qu'Eleanor vient de Grande-Bretagne et d'Irlande. "Et alors ?" diriez-vous.

Météo France prend son indépendance

Depuis 1954, c'est l'Université libre de Berlin qui baptisait les anticyclones et dépressions européennes. On se souvient de Petra, Qumaira, Xynthia, Klaus, Dirk...

Mais voilà que ce 1er décembre les services météorologiques de France, Espagne et Portugal, Météo-France, l'AEMET et l'IPMA, ont décidé de prendre une certaine indépendance. Ils ont mis en place un nouveau système qui se substituera pour les trois services météorologiques nationaux partenaires aux noms donnés par l'Université de Berlin.

Météo-France, l'AEMET et l'IPMA ont déjà dressé la liste de leurs tempêtes, par ordre alphabétique et respectant la parité prénoms féminin/masculin. Ana, Bruno, Carmen ont respecté les nouvelles règles.

D comme David ?

Mais une règle a souvent un exception. Et le trio n'a pas failli à la règle : "lorsqu'il est prévu qu'une tempête affecte d'abord le territoire d'Irlande ou de Grande-Bretagne, c'est le nom choisi par ces services météorologiques qui sera retenu – et la réciproque s'appliquera également, explique Météo France.. Une extension de cette coordination à l'ensemble des pays européens est en projet."

David devait être la prochaine tempête. Mais voilà qu'Eleanor a joué le trublion, touchant d'abord les îles irlandaises et britanniques. Leurs services météorologiques respectifs suivent eux aussi la même logique alphabétique. Mais leurs territoires ont une longueur d'avance sur leurs homologues latins. Eleanor est déjà leur cinquième tempête de l'hiver, succédant à Aileen le 12 septembre, Brian le 19 octobre, Caroline le 5 décembre et Dylan le 29 décembre.

Reste une question : à la prochaine tempête qui touchera la France, Météo France reviendra-t-il à son propre D. Elle aurait alors pour nom David.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 28 Décembre 2017 - 16:06 Second de l'alphabet, Bruno renverse Ana


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement