xoriburu.info
Zooms

Ça cloche dans les montagnes suisses


Jeudi 13 Novembre 2014


Une thèse de doctorat de l'Ecole polytechnique de Zurich sonne le tocsin : les cloches que portent les vaches dans les alpages nuisent à la santé des animaux. Les éleveurs ne l'entendent pas de cette oreille. L'écho résonnera-t-il dans les montagnes basques ?




L'école polytechnique fédérale de Zurich vient de jeter un pavé sur les jolies montagnes suisses. Selon une des thèses de doctorat de de ses élèves, les cloches que portent les vaches dans les alpages nuiraient à la santé des animaux. Au pilori de la recherche : le poids et le bruit des airins. La thèse suggère plutôt de munir les vaches de GPS.

Les éleveurs font entendre un autre son de cloche dans les montagnes suisses

Les éleveurs suisses ne l'entendent pas de cette oreille, accrochés au timbre grave des cloches dans leurs montagnes pour retrouver leurs bêtes. L'Union suisse des paysans a sonné le tocsin et sonne les cloches de l'Ecole qui ne connaîtrait rien à la réalité des campagnes.

Et Jacques Bourgeois, parlementaire, s'en est ému et a volé au secours des cloches à vaches. Il a interpellé le Conseil fédéral sur la pertinence de tel sujet de thèse. Dans un texte déposé, il déclare : « A lire les articles sur cette étude et de ses suggestions, on peut se demander si les chercheurs connaissent le terrain et la pratique des détenteurs d'animaux qui viellent à leur bien-être? Savent-ils, en suggérant de mettre un GPS à chaque vache, que dans certaines régions la couverture du réseau ne permet pas au GPS d'émettre un signal. Comment voulez-vous ainsi retrouver votre bétail? L'étude ne tient pas compte de la pratique actuelle. Elle ne fait que mettre un doute sur toute une profession qui veille à traiter son bétail dans les meilleures conditions possibles. Elle remet en question nos traditions, nos us et coutumes qui font partie de notre patrimoine. Nous ne pouvons pas accepter que des deniers publics soient ainsi vilipendés ! »

Hier, le Conseil fédéral suisse a répondu à son parlementaire. Il s'est dit attaché à l'indépendance de l'enseignement et fait remarquer que le débat sur les cloches des vaches ne date pas d'hier. « La recherche a entre autres pour mission de fournir des bases scientifiques pour étayer le discours sociétal. Comme en témoignent les divergences d'opinion qui ont été rapportées dans la presse à propos de l'étude sur le bruit des cloches des vaches, les effets de la recherche sur le bien-être des animaux et des personnes suscitent depuis longtemps déjà le débat au sein de la population. » a-t-il déclaré.

La question des cloches mériterait de résonner dans les montagnes basques. Certains pottocks en sont dotés et on en a déjà vu le cou blessé par le cuir qui supporte leur airin.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement