xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

C'est chouette la nuit !


Vendredi 27 Mars 2015


Parfois au coin du petit bois, un ululement déchire la nuit. Long cri qui accompagne le promeneur dans ses déambulations nocturnes. Chouette hulotte ou grand-duc ? Justement le samedi 4 avril prochain, c'est la nuit européenne de la chouette. Des dizaines d'animations sont organisées en Europe. Et au Pays Basque.




A la plaine d'Ansot, Hegalaldia relâchera des oiseaux le samedi 4 avril. Terre Buissonnière embarquera son public dans le bois de Caradoc ©V.B.
A la plaine d'Ansot, Hegalaldia relâchera des oiseaux le samedi 4 avril. Terre Buissonnière embarquera son public dans le bois de Caradoc ©V.B.
Un grand-duc ou une chouette hulotte ? Dans la nuit, un ululement surgit. Long. Puis court. Court... Le promeneur ne sait pas qui déambule dans les rues, son chien au bout de sa laisse. Un hibou dans une ville ? Il y a bien des grands arbres dans les jardins... Justement le samedi 4 avril prochain, c'est la 11e nuit de la chouette. Un évènement qu'organisent tous les deux ans la Ligue pour la protection des oiseaux et la fédération des parcs naturels régionaux de France. L'occasion d'apprendre si le hibou n'est pas monsieur chouette. Ou si la chouette chevêche dort la nuit.

Non, le hibou n'est pas monsieur chouette

A cette occasion, de nombreuses animations sont proposées partout en France. Et au Pays Basque. Où dans la nuit, l'on apprend que non, le hibou n'est pas le mâle de la chouette. Que l'un et l'autre sont des rapaces nocturnes. Que selon l'espèce, l'oiseau possède une vision bien supérieure à la nôtre dans l'obscurité : de dix à cent fois plus puissante !

Chouettes et hiboux ont des yeux fixes. C'est leur tête qui tourne pour regarder dans leur dos. Elle tourne même très bien : elle pivote sur 270°. Outre sa vue, les unes et les autres ont l'oreille fine. Leur excellente ouïe leur permet de repérer précisément leurs proies. Et non les aigrettes des hiboux adultes ne sont pas leurs oreilles.

La chevêche d’Athéna (préoccupation mineure), l’effraie des clochers (préoccupation mineure), la chouette hulotte (préoccupation mineure), le hibou moyen-duc (préoccupation mineure), le hibou des marais (vulnérable), le petit-duc scops (préoccupation mineure), le grand-duc d’Europe (préoccupation mineure), la chouette de Tengmalm (préoccupation mineure), la chevêchette d’Europe (vulnérable)... Les populations de chouettes et de hiboux sont toutes plus ou moins menacées en France. Toutes les espèces ont été inscrites sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature en France.

Découvrez les chouettes du Pays Basque

Quelles ont les menaces que ces espèces affrontent ? Elles sont nombreuses. Leurs milieux de vie sont détruits et se fragmentent : arbres creux abattus où les rapaces nichent, transformation des prairies en cultures, suppression des haies et des arbres isolés, assèchement des marais. L’utilisation des produits phytosanitaires contre les insectes et les micromammifères les empoisonne indirectement lorsqu'ils ingèrent ces proies. Le trafic routier les tue et l’engrillagement des clochers ou de certains bâtiments les prive de site de reproduction.

Sans compter les poteaux creux ou les conduits de cheminée présentant une ouverture à leur sommet qui sont autant de pièges desquels les petits nocturnes ne peuvent s'échapper, les électrocutions et les collisions avec les lignes électriques, le braconnage, la pollution lumineuse...

Le 4 avril prochain, quelques animations sont organisées au Pays Basque qui permettront de mieux connaître ces oiseaux que la nuit enveloppe souvent. C'est ainsi que Terre Buissonnière embarquera son public dans une balade en forêt de Caradoc, à la découverte des animaux noctures qui peuplent les forêts. Ecoute, observation, toucher... « Tous nos sens seront mis à contribution pour observer petites et grandes bêtes des sous-bois. »

A la plaine d'Ansot, c'est l'association Hegalaldia qui partira à la rencontre de ces rapaces nocturnes à la nuit tombée. Un lâcher est prévu.

Non les jeunes chouettes à terre ne sont pas tombées du nid !

A la veille de cette prochaine nuit de la chouette, la LPO lance d'ailleurs un appel : les jeunes hiboux et chouettes à terre ne sont pas en danger. Laissez-les où ils sont ! « En effet, après quelques jours ou semaines, les jeunes chouettes et hiboux nichant dans les cavités se retrouvent vite à l'étroit et sortent du nid bien avant de savoir voler, explique la Ligue. Pendant plusieurs semaines, ces jeunes restent donc au sol ou sur des branches basses.  »

Et de poursuivre : « Loin d'être abandonnés, ils dorment le jour, souvent au pied d'un arbre. La nuit venue, ils émettent des cris qui permettent à leurs parents de les repérer et de les alimenter. Au cours de cette phase d'émancipation indispensable à leur développement, ils apprendront à voler puis à chasser, accompagnés par leurs parents. »

« Aussi, il est primordial de ne pas les déplacer si ce n'est pour les déposer en hauteur, sur une branche ou un muret, à l'abri des prédateurs et des dangers (routes, chats,...) ou de les cacher sous un buisson. Pensez à rentrer vos chiens et chats ! »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement